Doctor Livingstone - Triumphus Haeretici

Doctor Livingstone - "Triumphus Haeretici"
chronique Doctor Livingstone - Triumphus Haeretici

Bienvenue de nouveau à Akham.

Ne vous inquiétez pas on va bien s'occuper de vous. Vous serez nourris et logés et nos, désormais, trois aides soignants seront aux petits soins avec vous.

Si Contemptus Saeculi, en 2014, vous avait déjà fait subir un traitement de faveur, Triumphus Haeretici fait passer son petit frère pour presque saint d'esprit.

Déjà la pochette semble avoir été barbouillée par un John Wayne Gacy ayant délassé ses clowns pour un délire d’onaniste obèse. Miam. Quelle magnifique accroche.

 

Le cumul de toutes les condamnations de Luis Alfredo Garavito atteignait 1 853 ans et 9 jours.

Ça fait long, certes. Un peu comme l'intro de l'album : un bidouillage électronique de pas loin de seize minutes ayant sa place dans un film de William Lustig. Les dents grincent méchamment. Y'a pas maldonne, après," Lux Detenda Est" sort le BM bruitiste abâtardi. Doctor Livingstone se fout de nous. Pas par manque de respect mais en prenant encore un malin plaisir à bousculer nos convictions sur le Black Metal, l'occulte et la tarte aux pommes.

 

Albert Fish était, entre autre, fasciné par le cannibalisme et décrit dans ses lettres sa manière de cuisiner et de déguster les enfants.

La cuisine du trio peut aussi sembler indigeste. Mêler autant de vocaux haineux (ça goule beaucoup), de riffs glaçants, de rythmiques d'aliénés et d'indus primitif peut barbouiller l'oreille en effet. Prévenus vous êtes, faut s’accrocher sur la longueur. Mais une fois passés les premières bouchées, vous y reviendrez par pur masochisme sonore. Car la plaque révèle des merveilles schizophréniques et des trucs sans intérêt, aussi, comme "ASMD" et "Peisithanatos".

 

Lors de l' arrestation de Jeffrey Dahmer, furent trouvés dans son appartement : 4 têtes humaines, des photographies de ses crimes, plusieurs mains et pénis amputés, des corps dans des bidons d'acide, des os humains ainsi qu'un cœur dans le frigo.

La constance de l'album demeure la violence, souvent chaotique, parfois vaguement organisée mais toujours avec un taux de sadisme faisant passer les True Beumeux les plus totalitaires pour de sympathiques cabots aboyant à la Lune... et pissant sur leurs grolles. Pourtant toute cette vilenie a une logique comme sur l’album précédent. Chacun trouvera la sienne dans ses propres névroses.

 

Richard Trenton Chase était persuadé que les Nazis voulaient transformer son sang en poudre.

Ben c'est toujours plus original que d'entendre des voix.

Et peut-être que Doctor Livingstone fait juste ça pour déconner.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo de Crom-Cruach
le 20/03/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Tronckh - Freak and hell
Mogwai - Atomic
Chronique

Mogwai - Atomic

Le 29/03/2016