Dog Fashion Disco - Committed to a Bright Future (remake)

Chronique CD album (46:35)

chronique Dog Fashion Disco - Committed to a Bright Future (remake)

Nom d’une pipe, je crois bien que c’est la première fois que CoreAndCo couvre aussi systématiquement les rééditions d’un seul et même groupe. C’est qu’on en est quand même à la 4e d’affilée pour Dog Fashion Disco! En même temps Todd Smith et Jasan Stepp n’ont que ça à nous proposer ces derniers temps: rendez vous compte que le dernier vrai album sorti par le groupe date de 2015!

 

… Ah ouais mais en fait non: ce n’est pas si vieux que ça, finalement. On pourrait même dire que sortir 5 albums sur une période aussi courte, c’est carrément honnête. D’autant qu’il ne s’agit pas là de bêtes rééditions pour lesquelles un ingénieur du son payé trois roubles cinquante se serait contenté de pousser 2 boutons tout en prétendant avoir complètement rénové le mastering qu’en-vrai-on-voit-même-pas-la-différence-avec-l'original. Non, il s’agit ici de véritables réenregistrements, avec retour par la case Départ et dépense de 20000 francs en frais de studios. Avec parfois même de la réinterprétation, quand ce n’est pas de la réécriture (cf. Erotic Massage et Experiments in Embryos). Pour Committed to a Bright Future toutefois, l’approche s'avère différente. Tout comme cela était déjà le cas avec Anarchists of Good Taste, le propos n’est pas tant de rafraîchir de vieilles compos décaties que de se réapproprier des droits apparemment confisqués par leur ex-label, Spitfire Records. C’est que ça semble salement chauffer entre le Chien Disco et le Dragon Cracheur de Feu!

 

Comme c’était déjà le cas pour les 3 autres coups-d’œil-dans-le-rétro discographiques, le Committed nouveau bénéficie d’un relooking visuel… Et pas forcément pour le meilleur quand, comme moi, on aime la faïence crapuleuse et le sanitaire douteux. Cette nouvelle approche est bien trop Hare Vishnu et sombre comparée à l’artwork précédent. M’enfin tout ça n'est que paillettes pour les yeux, alors on ne va pas non plus trousser toute une chronique autour de ce choix certes hasardeux, mais annexe. Côté tracklist, ça bouge également un peu par rapport à l’original, mais les remaniements sont loin d'avoir l'ampleur du coup de kärcher passé sur Experiments in Embryos. Pour ce 5e opus "re-loaded", on signalera juste 1) l’apparition de « Scores for Porn » comme un titre à part entière (là où il était parfois planqué loin à la fin de la piste « Magical Band of Fools ») 2) la relégation du morceau « Fetus on the Beat » aux abonnés absents… ce qui n’est pas un vrai problème vu qu’il figure sur Experiments in Embryos. 3) côté bonus « Grease », le tube gominé des Bee Gees (ou presque, mais là n’est pas le propos), répond présent à l’appel, mais pas « China White » qui était déjà sur Erotic Massage.

 

Par contre, quand on jette un coup d’œil à la durée des pistes, on se rend compte qu'à titres équivalents, anciennes et nouvelles versions se trouvent affublées peu ou prou du même nombre de secondes. Pas de place à la fantaisie donc, ni à l’ajout d’épilogues symphoniques. Dog Fashion Disco s’est contenté d’apporter du volume et de la profondeur au son de ses compos, sans pour autant les aseptiser ou leur faire perdre leur saine abrasivité. Ce coup de vernis n’était peut-être pas indispensable, mais il permet de goûter avec une précision accrue aux interventions des uns et des autres, basse rondelette, clavier mutin & co. De très légères modifications peuvent quand même parfois être observées (plus de cuivres en fin de tracklist, un piano un peu plus excité sur « Pogo the Clown », un chant moins psychotique sur « Rapist Eyes »…), mais rien qui change fondamentalement la face du monde canin. C’est d’ailleurs cette fidélité à l’esprit originel, alliée à cette amélioration du son qui fait que, finalement, même quand on a découvert tout ça via la version de 2003, on se surprendra à conseiller aux nouveaux arrivants de préférer cette version légèrement rénovée.

 

... M’enfin bon: maintenant on veut du neuf Messieurs!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: copier-coller-adapter honteux (mais justifié) de la même section figurant au sein du remake de Anarchists of Good Taste: « Les changements apportés sur cette nouvelle version de Committed to a Bright Future ne sont pas aussi profonds que ceux constatés sur les 2 premières séances de réenregistrement. N’empêche, les fans y trouveront sans mal leur compte. »

 

photo de Cglaume
le 21/08/2019

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements