Dr Acula - Slander

Chronique CD album

chronique Dr Acula - Slander

Dr Acula, septet de Long Island (NY, USA), né durant la hype deathcore américaine, ayant tourné aux Etats-Unis aux cotés de groupes comme Attack Attack!, The Devil wears Prada ou encore les génialissimes Emmure, a récemment signé sur le label Victory Records pour la sortie en février de l'album "Slander". Sur le papier, la marchandise n'est pas vraiment alléchante. On peut s'attendre à un produit fade, sans saveur, mais au packaging bien léché.

J'ai quand même décidé de me mettre à l'écoute de cet album de "Party metal", et je comprendrais au fil des écoutes que ce terme colle assez bien à la musique de Dr Acula.

 

7 membres, dont deux chanteurs et un sampleur/clavieriste, c'est censé faire du bruit et varier la composition musicale. Le premier morceau de l'album met direct l'ambiance, gros son , groove du tonnerre et voix vénères qui se renvoient la balle sans arrêt. Les riffs ne se cantonnent pas à un style de metal particulier et piochent dans tout ce qui touche au new school. On passe aussi bien d'un riff power groovy à un passage plus rock'n'roll dans la veine de Everytime I die. On sent que les gratteux ont mangé du stoner made in New Orleans avec cette tendance à bender les cordes et rendrent certains riffs assez lourds (et faire couler le jack daniel's à flots dans son dernier clip). Je ne tiens pas non plus à faire passer ce groupe pour un parfait melting-pot de tous les genres de metal, on reste tout de même assez ancré dans la scène "2000's US core" mais avec cette petite patte festive, l'efficacité en prime.

On ne peut pas s'empêcher d'headbanguer avec le sourire sur des tubes comme "Fire Scrotch" ou "Who you gonna call?!". Ce genre de morceaux qu'on se cale dans les oreilles en allant à pieds au travail sous le soleil. Une musique qui donne clairement envie de se la coller entre potes à un barbecue, avec des blondes siliconées autour de la piscine... (J'en demande peut-être trop). Le sampleur/claviériste se fait assez discret, mais balance quelques boucles bien amenées et use beaucoup de répliques de film (qui collent pour le coup vraiment à l'esprit festif musical du groupe).

Les deux chanteurs ont tout compris des bénéfices que pouvaient apporter leur double présence dans un groupe, se passant le micro très rapidement afin de garder la dynamique des morceaux. En plus des chœurs poussés par les autres membres, les deux frontmen s'efforcent (pas trop non plus...) de varier les voix.

 

Un disque qui sent bon l'été, les gobelets rouges et les jager bombs.

Du groove, de la mosh-part, de la rythmique et une sacrée dynamique font de cet effort un bon moment à passer avec Dr Acula. A consommer avec modération...

photo de Kurton
le 11/04/2011

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements