Ebonylake - On the Eve of the Grimly Inventive

Chronique CD album (48:40)

chronique Ebonylake - On the Eve of the Grimly Inventive

Alors que le monde médiatique avait les yeux rivés sur un Cradle Of Filth influencé par une certaine forme de romantisme britannique du XIXè siècle, et qui donnait les premiers signes de ses errements futurs, le monde du Métal extrême donnait naissance à un nouveau rejeton, lui aussi influencé par le mysticisme et l'occultisme du siècle de Poe. EbonyLake débarque donc en pleine explosion du Black Metal Symphonique et est rapidement, par facilité, rattaché à cette scène, en particulier du fait de sa signature chez Cacophonous (Bal-Sagoth...).



Fondé en 1996 dans le New Yorkshire, le collectif sort son premier album trois ans plus tard après une démo (As Ghosts We Dance in Thrashing Seas). Collectif, car, à cette époque, ce ne sont pas moins de neuf musiciens qui prennent part à la réalisation de On The Eve Of The Grimly Inventive. Au moment de sa sortie, le titre "Within Deepest Red (The Opening Of...)" se retrouve sur un sampler d'un magazine consacré aux musiques extrêmes aux côtés de "Curse You All Men" (Emperor), "Solarfall" (Immortal), "Maníac" (Carnival In Coal) et "The Pharaoh Sails To Orion" (Nightwish) entre autres. Malgré la qualité de cette sélection, EbonyLake retirent mon attention avec son intro au piano suivie par un Black Metal chaotique fortement teinté de Doom, aux claviers très présents. Les ambiances sont poignantes et me scotchent tout de suite. Le groupe disparaît ensuite corps et âmes, et ce n'est que bien plus tard, par hasard, en commandant le premier The Great Old Ones, qu'il est encore en activité puisque In Swathes of Brooding Light est sorti en 2011 chez Les Acteurs De L'Ombre.



D'une certaine manière, on peut voir chez EbonyLake les prémices des thématiques qui allaient donner naissances au club de gentlemen A Forest Of Stars: les deux formations tirent leur inspiration de l'esthétique de cet occultisme balbutiant, désuet et délicieusement naïf qui nait dans le courant du XIXè siècle chez une élite en mal de sensations fortes. Spiritisme teinté des débuts de la science moderne, chevauchées de dragons et romantisme littéraire semblent se mêler de manière inextricable.



Sur ce premier album, EbonyLake est porteur d'un Black Metal symphonique, déconstruit, aux structures complexes, avec des changements de rythmes permanents. La musique développée ici est extrêmement écrite, ça ne fait pas de doutes, mais il s'en dégage paradoxalement un feeling spontané rappelant "the ungenial summer" des jeunes dandies enfermés dans la villa Dionati où Mary Shelley et John William Polidori écriront respectivement Frankenstein et Le Vampyre presque d'un jet.



"A voice in the piano" et ses dix minutes (et déjà présent sur la demo) constitue un parfait résumé du talent d'écriture d'EbonyLake, avec son ambiance mystique et ses orchestrations finement arrangées, en particulier le piano justement, pour créer une ambiance digne des récits du Comte de Lautréamont.



On The Eve Of The Grimly Inventive est un joyau brut, aux nombreuses imperfections notamment au niveau du chant, parfois pas autant travaillé que la musique, mais qui révélait le potentiel d'une formation intelligente et prometteuse, mais qui ne parviendra malheureusement pas à se maintenir et ainsi donner la pleine mesure de son talent.


photo de Xuaterc
le 27/10/2019

3 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 27/10/2019 à 10:45:03

Un CD qui traine dans mes tiroirs. Dans mon souvenir, c'était attirant mais sans être suffisamment séduisant pour que j'y revienne régulièrement.

Xuaterc

Xuaterc le 27/10/2019 à 12:09:32

C'est effectivement un album assez difficile d'écoute, qui ne se prête pas trop à la répétition, mais qui mérite complètement qu'on lui accorde de l'attention.

gulo gulo

gulo gulo le 28/10/2019 à 06:53:21

Marrant, je l'ai justement ressorti il y a une paire de mois, pour avoir la désagréable surprise d'en être moins émerveillé qu'à l'époque de sa découverte (pas à sa sortie, hein).
Un disque qui ne se sort et s'apprécie pas n'importe quand. Comme une randonnée dans l'immense roncier qui entoure le château hanté.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021