Edge Of Paradise - Alive

Edge Of Paradise - "Alive"
chronique Edge Of Paradise - Alive

Il y a des sfoses qui agaççççent dans la vie. Ssssoufent des petits détails à la con. Moi, auzourd'hui, ccc'est de découvrir que la fvversion pressfe du nouvel EP, Alive, des Américains de Edge Of Paradise, n'avvvait même pas la bonne dissspozifsion de tracklist. Ssssimple inversfion de deux titres qui ffffont toute la diffffférensfe. Parfse que jche ne sssssais pas fvous mmmais un dissssfque qui se termine par une power-ballad mielleuzze, fça me laissfe ssssfouvfent une sssale impressfion. Alors que ssi tu colles fcccce même titre en plein cœur des hosssstilités, ççççfa passssse bien mieux et rééquilibre fvvvachement les chozzzes.

 

En restant dans les détails agaçants, je suppose que ce premier paragraphe a dû être aussi insupportable à lire qu'à écrire. Alors, c'est sûr, chacun est comme il est et ce n'est bien de se moquer mais c'était pour mettre en valeur qu'avec ce Alive, vous en prendrez pour votre grade en terme d'accent étrange, typé très cheveu sur la langue. Chose légèrement amplifiée par une prod' qui ne gomme pas totalement l'aspect sifflant de certaines intonations de chant. Du coup, si vous êtes du genre à remarquer ce genre de détail tout de suite et de vous focaliser dessus au détriment du reste, passez votre chemin. Si vous détestez les trucs à chanteuse aux registres plutôt sucrés également d'ailleurs.

 

Pour ceux qui ont survécu jusqu'à ce paragraphe, Edge Of Paradise se présente comme du metal/rock plutôt calibré. D'obédience moderne – quand on dévoile un concept traitant de l'ère du numérique, ça paraît plutôt logique – on pourra reconnaître et remercier chaleureusement le combo de ne pas nous faire de la repompe du registre « S Club Seven s'essaie à l'électro rock/metal » (Amaranthe donc). Point de voix dignes d'un mauvais boys band et/ou girls band qui vient t'agresser, on s'en verra rassurer. Au contraire, Edge Of Paradise préfère nous livrer un registre un brin plus fouillé et varié. Alive représente la parfaite carte de visite des différentes palettes dont le groupe est capable, que ce soit sur les compositions en elle-même ou les différentes nuances de gosier de sa frontwoman. De la power-ballad un brin bateau et mielleuse (seul carton jaune de cet EP) avec « Mystery », de l'efficacité calibrée entre mélodies sucrées et guitares un brin viriles (« Alive », « Shade Of Crazy »). Ou encore un peu plus de vélocité contrecarrée par la sensualité vocale – pour ne pas dire aguicheuse mais j'apprécierais que les féministes ne viennent pas sonner à ma porte dès demain matin – de notre maîtresse de cérémonie (la Britney Spears de « Toxic » aurait certainement applaudi certaines parties). Et autres atmosphères plus exotiques comme sur « Dust To Dust » un brin oriental sur les bords. Un recueil de titres qui se laisse gober avec une facilité assez aberrante. Alors, oui, certes, ce n'est pas ici qu'on verra la moindre once d'originalité. C'est convenu mais assez accrocheur pour passer un bon petit moment de douceur. Ce genre de petit plaisir coupable entre deux ogives massives en saturation et/ou complexité. Malgré tout, sans aller demander de la technoïde à foison non plus, pour une telle thématique, Alive aurait sans doute mérité un résultat plus cybernétique (dans sa production notamment), histoire d'être davantage raccord avec son concept.

photo de Margoth
le 25/06/2019

1 COMMENTAIRE

pidji

pidji le 25/06/2019 à 07:33:50

cette pochette, beurk :D

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019

HASARDandCO

NORMA JEAN - décembre 2004
Doomdogs - Doomdogs