S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Electric Wizard - "Electric Wizard"

Electric Wizard - "Electric Wizard"
chronique Electric Wizard - Electric Wizard
7/10 0
Acheter Electric Wizard Electric Wizard sur Amazon

CD album CD album (47:24)

 

Style musical : 

Doom stoner

 

Année : 

1995

 

Tracklist :

1 - Stone Magnet
2 - Mourning Prayer
3 - Mountains of Mars
4 - Behemoth
5 - Devil's Bride
6 - Black Butterfly
7 - Electric Wizard
8 - Wooden Pipe

 

Label : 

Rise above
Dans le même style :
Electric Wizard - We Live

C'est là, dans le Dorset puritain et disséminé dans la campagne Anglaise encore assez épargnée par les remous gluants du punk, du metal et autres insanités que naquit un monstre enfumé de cette herbe verte au parfum si délicat. L'ennui, la morgue et l'environnement ont poussé les trois compères Jus Oborn, Mark Greening et Tim Bagshaw vers la drogue et Black Sabbath. Ah ça, du Black Sabbath, ils en ont bouffé ça s'entend dès les premières secondes de cet album.

 

Jus Oborn terminait alors son office dans le groupe de Doom Cathedralesque (au sens de l'album "Forest of Equilibrium") Thy Grief Eternal, lorsqu'il a rassemblé les deux junkies en son sein. Pour faire quoi ? Une musique qui leur ressemble, c'est à dire du Doom, mais plombé au Black Sabbath, comme Pentagram, Saint Vitus le faisaient, Cathedral aussi. Sauf que celui-ci a tendance à prendre un virage psychédélique que peu ont réussi à atteindre encore. Les brouillons Saint Vitus avaient déjà fini de cultiver l'attitude de loosers finis nés bien trop tard. Il fallait désormais aller plus loin, trouver un endroit, un son où l'on pouvait apprécier un peu de plénitude, loin, très loin du Dorset.

 

Ce premier album d'Electric wizard met avant tout l'accent sur une lourdeur dans sa composition, un véritable pachyderme cavalant lentement sur Mars. A peu près la totalité de l'album est dans ce goût, oui mais ! On sent déjà les prémices d'envolées psychées, de delays perdus, et comme la cover l'indique, on a parfois l'impression d'être en orbite autour d'une planète un peu bizarre, entre cosmique et kitsch (si ça vous fait pas penser à Cathedral ça !).

 

Un album foutrement heavy avec des titres dont rien n'est à jeter, mais, sans être trop sévère, rien n'est à retenir non plus : les riffs sont tous bien trouvés, bien tony (Iommi), mais le son manque encore de personnalité... En fait il n'en manque pas, mais ce qu'ils ont fait par la suite est tellement plus authentique que cet album reste le plus anecdotique de la discographie. A ce moment là, du magicien on ne savait encore que peu de choses. Le meilleur était alors à venir...

 

 

Achat ou pas achat ? Achat.

photo de Carcinos
le 19/12/2010

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

New Bomb Turks à Paris le 10 juillet 2017 : 2x2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Panzerballett - Breaking Brain

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017WITHIN THE RUINS au Ferrailleur à Nantes le 14 août 2017CROWBAR au ferrailleur à Nantes le 15 août 2017