Ending Satellites - 7 billions passengers. Only one flight

Ending Satellites - "7 billions passengers. Only one flight"
chronique Ending Satellites - 7 billions passengers. Only one flight

D’abord, il y a cette déclaration ultime dans le titre, un aller-simple pour 7 milliards de passagers. Ça résonne comme une sentence et je lis à haute voix ce titre en prenant conscience des choix que j’ai pu faire dans ma vie. Des rires qui l’ont accompagnée, je suis à la moitié du chemin… Statistiquement. Ending Satellites propose donc la b.o. ultime en guise de premier album, gonflé, prétentieux, risqué, ou simplement juste ?

 

Le visuel qui accompagne l’album propose un horizon qui n’en finit pas (forcément)... Serait-ce une voie d’espoir? Balivernes, on va tous y rester. En attendant, nous serons amenés à vivre une multitude d’aventures qui fera de nous un être complet jusqu’à la dernière seconde, au dernier souffle. On espère que tout ce chemin sera rieur le plus souvent possible. On espère que lorsque que l’on va se casser la gueule, on guérira sans trop de mal. Les bleus disparaissent, les douleurs restent et avec le temps, elles se rappellent vivement à notre bon souvenir.


On en cassera aussi des gueules, pour des futilités certes mais avec la conviction de pouvoir être le héros de l’histoire. On partagera les sourires comme on s’appliquera sur les premières caresses à l’être aimé. On tombera amoureux fou, tous les deux ans environ. Un sentiment vraiment fort qui sera chaque fois terrassé par une vibration connue qui reviendra sans cesse. Une vieille connaissance, comme cette vieille douleur lorsque que tu t’es méchamment écorché le genou, enfant… Il est foutu depuis ce jour-là ton genou.

De caresses appuyées en chutes, des déceptions aux grands éclats de rire, de ce putain d’orgueil sur lequel tu bâtis ton personnage, tu avanceras. Les voyages dans ta tête seront toujours bien plus intéressants que toutes les escapades que tu t’offriras. À un moment, l’argent que tu as sur ton compte te définira une bonne fois dans la catégorie à laquelle tu appartiens, c’est le moment où ton essentiel vivra dans tes chimères. En pensant à tout ça, tu poseras un regard sur ta bibliothèque, tous ces bouquins achetés pour plus tard, que tu n’as pas lu. C’est quand plus tard ?
Dans ce voyage, certains rires te donneront des larmes aux yeux, des larmes de joie mais tu n’en es pas encore là. Pour le moment tu vis.

 

Projet multiple, Ending Satellites mêle passion, musique, introspection et images. Projet unique par les collaborations et les échanges qu’il propose. On embarque pour ce vol sans fin, sinon la porte de sortie de la fin du disque après une bonne heure, avec la certitude que l’on y reviendra souvent à différents moments de sa vie, des bagages en plus ou délestés de tout ce trop aux objets trouvés.
Unique.

photo de Eric D-Toorop
le 02/06/2012

1 COMMENTAIRE

Musi

Musi le 11/06/2012 à 13:58:45

Très belle chronique !
Et vraiment un bon album, merci pour la découverte

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements