Enslaved - The Sleeping Gods - Thorn (réédition)

Enslaved - "The Sleeping Gods - Thorn (réédition)"
chronique Enslaved - The Sleeping Gods - Thorn (réédition)

En ce moment, tout semble sourire aux vikings de Bergen: une série d'albums salués par la critique, des tournées triomphales, en particulier la dernière pour les 25 ans du groupe, une collaboration avec l'ultra en vogue Einar Selvik, la création d'un label, ByNorse. C'est d'ailleurs par le biais de ce dernier qu'Enslaved apporte une nouvelle pierre (ou plutôt galette) à l'édifice de son succès avec la réédition en vinyle des deux E.-P. Sleeping Gods et Thorn publiés tous les deux la première fois en 2011. On se situe donc entre Axioma Ethica Odini et RIITIIR, deux sorties qui à titre personnel, m'ont globalement ennuyé. Bien écrits, bien joués, bien produits, mais chiants comme la pluie de leur ville d'origine. Le groupe a trouvé sa signature et en dévie peu depuis et d'album en album, l'effet de surprise est vraiment minime. Mais sur ces deux formats courts, Enslaved se permet d'expérimenter et de sortir de ses petites habitudes.



Cinq titres pour le premier E.-P., cinq titres totalement différents les uns des autres. Le « Heimvegen » d'ouverture est le seul qui pourrait figurer sans dépareiller sur un album récent du combo, mais rien de bien surprenant. Suit « Alu Misykri », black'n'roll dans l'esprit de Blodhemn. « Synthesis est une plage purement ambiant pas très passionnante. « Nordlys » constitue une grosse surprise car il s'agit d'un instrumental, très prog' et atmosphérique, avec une guitare presque new-wave, mais un peu répétitif. Enfin, le titre éponyme, renoue avec les racines païennes d'Enslaved, proche de ce qu'on retrouvera plus tard chez Skuggsjá.



Deux pistes seulement constituent Thorn, de cinq minutes et quelques. Le son est beaucoup plus cru et roots que ce à quoi le groupe nous a habitué mais cela sied bien au black atmosphérique, dominé par les claviers qui est proposé ici. Mid-tempo, presque lents, les titres dévoilent une facette du groupe, débarrassé de ses oripeaux psychédéliques, mais lorgnant vers le Post Metal.



ByNorse nous offre la possibilité de jeter une oreille sur deux sorties publiées à très peu d'exemplaires, mais qu'il aurait été dommage, de par leurs qualités intrinsèques, de rater. D'un côté, elles sont satisfaisantes, mais également d'un certain point de vue frustrantes car elle dévoilent un Enslaved qui est capable de proposer autre chose que ce Black Progressif policé, et s'il lui prend l'idée de composer un véritable L.-P. en se servant de tous ces éléments, alors, je ne réponds plus de rien...


photo de Xuaterc
le 17/01/2017

3 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 17/01/2017 à 12:31:29

Bon okay c'est pas un véritable dernier album mais comment me suis emmerdé.

Xuaterc

Xuaterc le 17/01/2017 à 13:00:21

ça manque de D-beat pour toi?

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 17/01/2017 à 17:53:30

Non en règle générale, Enslaved passe bien chez oam. Du moins : Runn, Isa et Axioma. Mais là c'est chiant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...
  • BRUTUS au Point Ephémère à Paris le 29 avril 2019
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019

HASARDandCO

Aqme - Dévisager Dieu
Loudblast - Burial Ground