Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers Impetus festival 2017 du 5 au 8 mai 2017 à Belfort, Pays de Montbéliard et Jura Suisse
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Feral (swe) - "From the Mortuary"

Feral (swe) - "From the Mortuary"
chronique Feral (swe) - From the Mortuary
6,5/10 0

Acheter Feral (swe) From the Mortuary sur Amazon

CD album CD album (23:23)

 

Style musical : 

Swedeath

 

Année : 

2016

 

Tracklist :

01. The Hand of the Devil
02. Reborn in the Morgue
03. The Cult of the Head
04. The Rite
05. Necrofilthiac (2016)
06. Relentless (Pentagram cover)

 

Label : 

Cyclone Empire

 

Lieu d'enregistrement : 

Studio Spiff & Pagan Hell Studio
Dans le même style :
The Resistance - Torture Tactics

« Tu t’es laissé poustache? »

 

Oui alors non, je vous arrête tout de suite: je ne suis pas franchement fan de Bigard. Sauf que le patronyme des Suédois dans la pataugeoire desquels nous barbotons aujourd’hui m’a fait penser à l’une de ces contractions néologisantes auxquelles le pape du Prout à la Française a consacré un bout de sketch. Pas « Fer à cheval », ni « Férocement Anal », non. Ni même « Fellation mon Amiral? ». Feral ce serait plutôt « Faire du Entombed-like c’est la Réussite Assurée en généraL », dans une version sévèrement retravaillée à la machette. Ce qui, au passage, ajoute les joies de la presque-acronymie à celles de la compression lexicale.

 

Sauf qu’en fait, « feral » cela signifie surtout « féroce ». Demandez à Trump, il vous le confirmera. Non parce qu’il ne faut pas tout le temps chercher midi à 6h66 (… ce qui fait en fait 7h06, n’en déplaise aux adorateurs de BellesEtPuth). D’autant que ces Suédois-là ne sont pas du genre à se prendre la tête sur un concept chiadé. Leur approche du Death à nos zoziaux, ce serait plutôt:

* on choppe les guitares

* on décapsule les canettes de roteuse

* on se place bien en face du poster A3 de la pochette de Wolverine Blues

* on branche une guirlande de pédales Boss HM-2 en série

… Et vas-y, crache la purée René!

 

Les atmosphères horrifiques aux petits oignons qui vous le glace, l’oignon? Les napperons souillés de vin de messe noire tapissant un autel sur lequel une ex-vierge vient d’être sacrifiée selon un rituel raffiné? Les grimoires ésotériques renfermant de terribles secrets immémoriaux?

Trop compliqué tout ça! Trop tortille-du-derche! Sur From The Mortuary, ce qui nous est livré c’est le rugueux ouvrage de vieux routiers du Swedeath (14 ans dans les pattes!) qui usinent leurs compos en marcel tâché, à la clé de 12. Pas de chichi, pas de folie, pas de furie, pas de gouzi-gouzi: ces cols bleus de la scène envoient leur Death baveux avec une abnégation spartiate et une application routinière.

 

… Du coup, tout ça est un peu plat. Pas hyper folichon, quoi.

Ça manque de sel, de frissons, de blizzard dans les tifs et de sang dans les corps caverneux.

 

Alors c’est sûr, les amateurs de fange sonore bien épaisse seront aux anges. Car la chape guitaristique posée par le groupe nous inonde de cette saturation marécageuse qui a fait la réputation du genre. Ça en frôle presque le bordélique pur, d’ailleurs, par moment. Et puis ceux qui aiment autant les sprints glaciaux des débuts d’Entombed que le virage cambouis & whisky de Wolverine Blues auront ici le beurre et le salaire de la peur. Car de « The Rite » jusqu’à la reprise du « Relentless » de Pentagram, une bonne moitié de l’EP recèle de ce gras Stoner/Rock et de ces cymbales quasi-hippies que la bande à Nicke Andersson et Alex Hellid a adopté depuis pas loin d’un quart de siècle.

 

M’enfin soyons honnêtes: quand les 6 titres ont fini de nous chatouiller les tympans, on reste quand même un peu sur notre faim. Parce que la grosse coulée de lave, ils sont maintenant de pleins régiments à savoir la faire couler de leurs enceintes. Et les gimmicks du genre, ils sont tout autant à les maîtriser sur le bout du médiator. Du coup, pour se faire remarquer, il est désormais nécessaire de se sortir les doigts. Soit en tentant des expériences sortant de l'ordinaire, soit en faisant montre d'une fougue de jeune chien fou, soit en déployant de belles atmosphères soigneusement travaillées, soit en balançant des compos qui déchirent. Et il faut bien reconnaître que Feral ne fait rien de tout ça. Bon, « Reborn in the Morgue » s’avère quand même être ce genre de compo qui nous sort le nez du magazine en imposant cette réflexion: « Ah ouais. ‘y a quand même du bon là d’dans, dis! ». Et puis la sécheresse du « refrain » à 2 voix de « The Cult of the Head » (Spit On The Cross!) rappelle agréablement Deicide. Mais pas non plus de quoi entonner des hosannas exaltés, ni même mouiller la chemise à aisselles rabattues. Car sans vraiment démériter, tout cela est quand même trop convenu, trop laborieux, trop « entrée de gamme ». 'l aurait fallu quelques D-beats teigneux tiens. Ou de bonnes vieilles bouffées de rage méchante. Ou des mélodies féroces qui mordent aux mollets. Mais pas ce vieux Death réchauffé qui s’embourbe trop souvent dans les alentours de mid tempos peu enthousiasmants.

 

Du coup From The Mortuary s’assimile plus à un petit coup syndical vite emballé avec Maman entre la fin du 20H et la lecture d’Auto Plus, qu’à une partie de jambes en l’air aussi vicieuse qu’exotique. Certes, c’est plus sympa que d’aller passer la soirée chez Mamie Gilberte, m’enfin on aurait quand même préféré se faire une chevauchée à moto (et à dildo) avec Jessica…

 

PS: à noter que c’est le premier Feral qui me passe entre les mains. Du coup je ne sais pas trop s'il s'agit là d'un malheureux loupé ponctuel, ou si c’est la même soupe tiède qu’à l’accoutumée…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: gras, grésillant, aussi fidèle aux figures imposées du genre que Barbie à son Ken chéri, From The Mortuary a tout de même du mal à nous maintenir les 2 paupières grandes ouvertes. Rien de choquant, rien de ripou, pas de vraie faute de goût. C’est juste que tout ça manque de singularité, de niaque, d’accroche et de couteau-entre-les-dents. 

photo de Cglaume
le 15/03/2017

Note des commentateurs : 5/10 (sur 1 votes)

Commentaires

Xuaterc

Xuaterc le 15/03/2017 à 16:35:44

Dans le même style, ou presque, tu connais les Feral Underclass?

cglaume

cglaume le 15/03/2017 à 17:45:10

Non point. Devrais-je ?

Xuaterc

Xuaterc le 15/03/2017 à 19:36:54

Oui
https://www.facebook.com/The.Feral.Underclass/

Crom-Cruach

Sa note : 5/10

Crom-Cruach le 15/03/2017 à 21:46:30

Pas de quoi déterrer mamie pour une partie fine...

cglaume

cglaume le 16/03/2017 à 09:13:13

@Xu: Si un promo passe on se laissera tenter

Xuaterc

Xuaterc le 16/03/2017 à 12:58:19

Leur unique EP est dispo librement ici
http://www.archive.org/download/THE_FERAL_UNDERCLASS_Social_Disease_DTM080/TheFeralUnderclass-SocialDisease-Dtm080.zip

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

IMPERIAL STATE ELECTRIC à Paris le 13 mai 2017 : 2x2 places à gagner !

The Outbreak Festival #1 : 2 pass 2 jours à gagner !

Impetus Festival 2017 : 4 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Blackout - Armageddon

Évènements

Moshfest #3 @ Secret Place à St Jean de Védas (34) les 12 et 13 2017  cc Tafeur TafMADBALL + UNFIT + FULL IN YOUR FACE @ Secret Place (Home Of Underground Rock) à St Jean de Védas (34) le 2 mai 2017  cc Tafeur TafImpetus festival 2017 du 5 au 8 mai 2017 à Belfort, Pays de Montbéliard et Jura Suissetournée française Periphery + The Contortionist + DESTRAGE du 21 au 25 mai 2017 !  cc ALTERNATIVE LIVEIMPERIAL STATE ELECTRIC + FIRE! FIRE! FIRE! Au Petit Bain à Paris le 13 mai 2017Jim Jones and the Righteous Mind + Suzie Stapleton au Petit Bain le 10 mai 2017