Fiend - Agla

Chronique CD album (33 minutes)

chronique Fiend - Agla
A peine 30 minutes lancées par l'introduction "St Helens" suffisent à Fiend pour remettre les pendules à l'heure d'un genre qui se perd...
Il suffit de se balader sur Myspace et de constater que le genre "Stoner/Doom" est maltraité par des groupes qui profitent du genre pour nous sortir un riff en boucle sur 14 minutes, une ambiance froide, sans âme...
Alors quand un bon cd du genre débarque on fait rapidement la différence.
Si le casting de départ était pour le moins encourageant, il pouvait être tout aussi trompeur...mais Fiend a ce petit quelque chose qui provoque un petit frisson dans le dos à la fin d'une chanson, qui fait vibrer le corps le reste du temps.

Évidemment il est difficile de passer à côté des influences Black Sabbathiennes : les riffs lourds, gras, épais, une voix teintée de blues au milieu de ce stoner/doom d'une qualité titanesque.
Car oui, il n'y a rien à jeter...
Si l'introduction n'est pas l'aspect le plus marquant, elle n'en demeure pas moins un tour de chauffe efficace. Une sorte de danse charnel avant le coït entamé sur "The worm king", et là, on est embourbé dans une énorme guitare alors que l'autre semble s'amuser de ce déluge de décibels. On comprend que ça va taper fort, puis quand le tempo redescend, très légèrement, et accueille le chant : on se rend bien vite compte que la fameuse demi-heure de ce cd va être parmi les plus marquante de l'année.

Il semble impossible qu'un fan du genre résiste à ces quatre titres qui respirent tout ce qu'on aime : la sueur, la lourdeur, une petite dose de rock'n'roll et une pointe de jeu psychédélique.
Mais des changements de rythmes, des variations dans le chant et dans les ambiances : il y en a aussi !
La fin de "The worm king" contraste encore plus avec les débuts de "Black feathers" (titre qui touche à l'excellence en s'attachant à l'ambiance qui s'en dégage). Puis quelle bonne surprise de ne proposer que 5 minutes sur "Astraal Goon" très stoner, presque rock, pour quelques instants plus rapides, afin que le batteur nous bombarde de sa puissante force de frappe.
"Astraal Goon", oscille entre des instants les plus calmes et des déferlantes de riffs assassins...Lorsque le dernier titre termine sur 7 minutes le travail, Fiend n'a plus grand chose à prouver.

Le groupe a trouvé son "son", son public, son ambiance, sa personnalité. La voix de Heitam ajoute ce petit cachet, ce caractère qui manque à tant d'autres.
Ne vous posez pas de question, ne réfléchissez même plus : Agla, sans être novateur, est la démonstration magistrale d'un groupe qui aura bientôt sa place dans le panthéon du stoner/doom.
photo de Tookie
le 30/09/2009

1 COMMENTAIRE

refuse to keep silent

refuse to keep silent le 30/09/2009 à 09:29:25

Bien dit Rémi!
J'adore ce skeud...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021