Firtan - Okeanos

Chronique CD album

chronique Firtan - Okeanos

De longs mois que la scène Pagan BM me désespère. Comme la race humaine en fait.

 

Son pourri pour faire Trve, photocopies baveuses de plans laborieux et idées politiques moisies (à la Wolfkrieg, malheureusement toujours actif en 2019) se conjuguent trop souvent pour accoucher de grosses daubes à la pochette pondue par un môme de 5 ans.

Je ne causerai même pas en détail de son pendant mièvre que constitue le style Pagan Folk : le dernier Eluveitie et le Ep d'Alkonost ne sont que des produits pénibles de plus. Et je reste cordial.

Oui y'a toujours les darons Kampfar (cette année), Helrunar et Arkona (l'année dernière) qui masterisent à l'aise, une main dans le dos. C'est maigre au final.

Et alors, au détour de bandcamp, par un après midi de dimanche pluvieux, au retour d’une semaine de camp viking caniculaire, je tombe sur un groupe germain.

 

Ambiance ténébreuse, voix de compteur sépulcrale à laquelle on ne pige rien, Firtan pose son intro avant de ruer en mode hurlant et écorché. Du syndical de base, pour du Pagan inspiré par Thyrfing (que font les Suédois d'ailleurs depuis 6 ans ?) et Agalloch me direz-vous ! Dites le moi svp sinon j'aurai l'air d'une quiche lorraine vegan. 

 

Mais, la musique parfaitement équilibrée des Allemands bénéficient d'une prod excellente et se fait captivante d'entrée.

Même si les vieux blasés trouveront que l'originalité est à remisée au placard.

Autour d'un solide noyau BM un peu brut, on trouve pêlemêle des accords de guitares acoustiques, du violon (écoutez cet excellent "Nacht Verwei"l), une ambiance symphonique et lugubre, des hurlements déchirants ou des grognements effrayants, une rythmique souvent soutenue, des trémolos de grattes très classiques, des mélodies orientales, des leads so epic et des ponts mélo bien troussés. La routine pour certains, donc.

Je radote.

Pourtant, Firtan ne décroche jamais de son objectif, brassant ses ingrédients autour de morceaux, majoritairement longs, avec une sacrée classe, en évitant la prétention ou le pompeux. Le côté prog du bouzin, perceptible surtout sur "Uferlos", ne gomme jamais une férocité sous-jacente qui ne demande qu'à exploser.

L'univers du groupe prend corps, occupant l'espace sonore et se révèle sans réelle tache même si la fin de l'album peine à retrouver l'excellence de son début.

 

Avec Okeanos, Firtan surnage facilement dans un océan (blague trop bien) de formations médiocres, accrochant autant le fan de Black atmo que celui des chants de bataille.

photo de Crom-Cruach
le 12/09/2019

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 12/09/2019 à 19:01:27

Du syndical de base, pour du Pagan inspiré par Thyrfing et Agalloch... non?

:)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 13/09/2019 à 19:48:59

Mais toutafééééé !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019