Fleshdoll - Hearts of Darkness

Fleshdoll - "Hearts of Darkness"
chronique Fleshdoll - Hearts of Darkness

Avec Blood Red District, Fleshdoll avait franchi un cap important en matière de qualité de composition et de son, à force de travail et d'activité scénique (j'ai déjà vu le groupe live deux fois depuis la sortie de l'album précédent, sans réellement chercher à le faire). Une fois de plus enregistré par Mobo pour le Conkrete Studio, le groupe bénéficie de nouveau d'une production à la hauteur de ses ambitions, puissante et claire.

 

Dans le prolongement direct de son prédécesseur, Hearts Of Darkness dégaine la machine à riffs, qui tourne à plein régime, à la limite de la surchauffe. Mickaël Martin, batteur depuis BRD, semble plus à l'aise sur son tabouret et lâche plus aisément la bride. Il tabasse sans discontinuer, solide soutien au deux guitaristes. Ces derniers laissent un peu plus transparaître leurs influences thrash au travers de rythmiques coup-de-poing ("Blood Red Path") et une reprise fidèle mais réussie de "Into The Pit" de Testament. Le chant de Bastich est toujours aussi efficace, grave, rugueux, tout en restant presque compréhensible tout le temps.

 

Les toulousains signent un album solide, qui confirme tout le bien qu'on pensait de BRD. Le groupe se paye même le luxe d'apporter un peu de variation par touches légères (une outro au piano, un intermède avec un violoncelle...) dans ce déluge de violence maîtrisée, ni trop gore, ni trop technique, ni trop rapide. L'idéal pour faire jouer la machine à coudes dans le pit.

photo de Xuaterc
le 30/06/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements