S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Forgotten Tomb - "We Owe You Nothing"

Forgotten Tomb - "We Owe You Nothing"
chronique Forgotten Tomb - We Owe You Nothing
8/10 0

Acheter Forgotten Tomb We Owe You Nothing sur Amazon

CD album CD album (40:55)

 

Style musical : 

Heavy black'n roll doomesque

 

Année : 

2017

 

Tracklist :

1. We Owe You Nothing
2. Second Chances
3. Saboteur
4. Abandon Everything
5. Longing For Decay
6. Black Overture

 

Label : 

Agonia Records
Dans le même style :
Madder Mortem - Deadlands

Je ne m'étais plus penchée sur le cas Forgotten Tomb depuis qu'ils étaient signés sur le défunt label Adipocère il y a une bonne douzaine d'années bien tassées. Autant dire, la surprise a été vive vu qu'à l'époque, le one-man-band rital – plus vraiment one-man maintenant d'ailleurs – c'était du pur black metal aussi dépressif que nihiliste. Alors entendre une approche très heavy tendance 'n roll dès le titre éponyme en ouverture de We Owe You Nothing, leur huitième méfait, il y a de quoi en rester con et se donner un petit coup de vieux tant les Songs To Leave (2002) et autres Springtime Depression (2003) sont partis loin.

 

Allez savoir ce qui a bien pu motiver une telle réorientation musicale... Peut-être pour suivre la mode scandinave de revenir à un black metal plus rock'n roll... En plus de permettre à Forgotten Tomb de se détacher des liens du one-man-band studio et permettre des prestations empruntes de plus de dynamisme sur les planches. Bon, d'un autre côté, on s'en fout un peu dans le sens où le résultat est là – et semble avoir été mis en place depuis quelques albums si j'ai bien compris. Et en vérité, en ce qui me concerne, nul regret à y avoir : mes oreilles s'y retrouvent davantage aujourd'hui par rapport au style basiquement pratiqué par les Italiens.

 

D'une certaine manière plus accessible pour les oreilles les moins averties, We Owe You Nothing arrive néanmoins à tirer sa petite particularité par rapport au virage black'n roll opéré en Norvège depuis quelques années : on y retrouve ce même caractère gras et groovy, plus emprunte de heavy que de punk'n roll, mais en le plombant d'une lourdeur bien doomesque tant on n'y retrouve jamais d'accélérations fulgurantes, tout en tissant une atmosphère globale bien poisseuse. Cette dernière qui nous fait rappeler que Herr Morbid, la tête-pensante de toujours, n'a pas gagné en joie de vivre avec les années. Bien au contraire même. En cela, il faut reconnaître que même si la forme a changé, le fond du propos est toujours raccord par rapport à ses jeunes années. Juste que le caractère morbide d'antan a laissé place à plus de (con)sensualité écorchée vive pour un résultat prônant toujours la dépression.

 

Belle maîtrise de son nouveau style, les Transalpins arrivent avec We Owe You Nothing à proposer un album de prime abord monolithique avec ses six titres s'étalant sur une quarantaine de minutes qui se révèle finalement assez variés, malgré que l'on ne quitte pas le terrain du mid-tempo, tempo qui se révèle par ailleurs pas foncièrement différent de titre en titre. Mais en jouant sur les nuances au travers des riffs mordants comme les teintes brutes (« Second Chances »), reliefs saisissants (« Abandon Everything »), les dissonances (« Longing For Decay ») ou encore retourne dans ses vieux travers blackisants (« Black Overture »), Forgotten Tomb arrive à maintenir l'attention de l'auditeur sans qu'il n'ait jamais l'impression de se retrouver face à un bloc homogène et linéaire.

 

Si, comme moi, cela fait une éternité que vous aviez cessé de suivre les pérégrinations dépressives de Herr Morbid, nul doute que We Owe You Nothing vous fera taper le cul par terre sous l'étonnement. Passé cette surprise, si les délires black plus graisseux ne vous sortent par les yeux, nul doute que ce huitième album de Forgotten Tomb pourrait bien vous botter tant cette nouvelle direction stylistique aujourd'hui bien maîtrisée et digérée ne perd pas en froideur et en négativité. C'est qu'au final, on imagine aisément à l'écoute de la galette que le cœur sur la pochette se décompose et empeste l'hémoglobine rance et poisseuse.

photo de Margoth
le 23/03/2018

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

TENDINITE : 1 vinyle à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Bizar Bazar - Circus Metal Maniac

Évènements

NO ONE IS INNOCENT + LES SALES MAJESTES + TAGADA JONES au Stereolux à Nantes le 25 octobre 2018Stomping #8 @Secret Place à Montpellier (34) les 9 et 10 novembre 2018Tournée française SEEDS OF MARY du 15 septembre au 8 décembre 2018