Gag Reflex - Psychosis

Chronique CD album (14:37)

chronique Gag Reflex - Psychosis

Un petit album de powerviolence de temps en temps, il faut être honnête, ça fait du bien. Évidemment, ce n'est pas un style facilement accessible ou évident de prime abord à l’écoute, de par sa nature forcément hyper déstructurée et violente, mais on trouve parfois quelques pépites qui permettent de se familiariser sans trop de difficulté avec ce genre.

C’est le cas de Psychosis, premier méfait atonal et bruitiste des Anglais de Gag Reflex. Un groupe sur lequel on trouve très peu d’informations et à ne pas confondre avec leurs nombreux homonymes qui officient dans des styles plus policés.

Avec Psychosis, tous les fondamentaux du style sont respectés, batterie métronomique ultra rapide qui tartine sévèrement du cuivre et viole de la caisse claire, voix proche de l’aboiement d’un chien malade énervé en fin de vie, basse saturée qui fait la nique à la guitare, mixage brut de pomme pourrie à la limite de l’approximatif mais jouissif, compositions simplistes accouchés à même le caniveau, stressées, pressées (« Animal »  et ses 16 secondes) et oppressantes, pochette sombre aussi inspirée dans son méli-mélo faciale que malaisante. Manque peut-être à l'appel le côté noisy à outrance, mis à part dans le sévère "Self Inflicted", mais cela ne manque pas, en tout cas pas à moi.

Mais au-delà, d'une première impression de bordel sonore volontairement infâme, on trouve malgré tout une certaine musicalité (si si), on se surprend à fredonner (incroyable) et on trouve toujours à se raccrocher à des rythmiques entraînantes (l’intro de "Selfish") sans qu’elles ne soient jamais groovy (parce que faudrait voir à pas déconner non plus).

14 min et 9 morceaux plus tard, on se sent vidé, nettoyé. Gag Reflex, c’est un peu le coup de karcher dont aura besoin la terrasse de ton esprit en ce début d’automne, c’est efficace, ça se voit tout de suite et tu es tranquille pour 6 mois.

 

Moins punk que Negative FX, plus hardcore que Man Is The Bastard, moins dégueulasse que Despise You, plus harsh que Capitalist Casualties, moins death que Black Army Jacket, Gag Reflex affirme sa vision plus moderne et plus hardcore du powerviolence et est assurément un groupe à découvrir pour les fans du style.

 

Petite bizarrerie : le 9ème et dernier morceau consiste à rassembler en une piste ses 8 prédécesseurs donc théoriquement l'album dure 7 minutes.

 

On aime : un album de powerviolence classique tout à fait écoutable pour un néophyte ouvert

On n’aime pas : le format vraiment trop court

photo de 8oris
le 29/10/2019

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 29/10/2019 à 10:50:18

C'est pas tellement le durée qui handicape cette sortie mais vraiment le son assez odieux qui nuit à la puissance de l'ensemble.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements