Gallon Drunk - The road gers darker from here

Gallon Drunk - "The road gers darker from here"
chronique Gallon Drunk - The road gers darker from here

Auteur d'albums flamboyants dans les 90's, inspirateur de nombreux artistes majeurs dont PJ Harvey ou The Jim Jones Revue, Gallon Drunk refait surface après une période que ses membres ont mise à profit pour se consacrer à leurs travaux auprès de musiciens plus que chevronnés, dont Morrissey et Nick Cave.

 

Reformé à l'été 2011, il sort, enregistré très live et sur eux postes, ce superbe album dont le mix entre instants psyché et rage massive à la Mudhoney fait merveille d'entrée de jeu. On pense d'ailleurs de façon récurrente à Mark Arm and Co, le saxo de Terry Edwards y allant de ses interventions free qui encanailent plus encore l'ensemble.

 

Sa durée idéale -huit titres et pas même quarante minutes- en fait un quasi chef d'œuvre dont on ne décroche pas et cette sortie, innatendue, se hisse largement au niveau des You, the night and the music et From the heart of town, parus respectivement en 1992 et 1993. Déchirée, la voix de James Johnston balafre les titres, étonnants de gouaille et d'intensité, compacts, qui se font plus fins sur "Stuck in my head", par exemple, et se suivent sans faiblir l'espace d'un instant.

 

Sur les durées qui outrepassent les cinq minutes ("Killing time"), l'effet est identique, la force de frappe intacte et il semblerait que ce The road gets darker from here soit appelé à faire date tout en honorant la caste des "vétérans" du rock qui, à l'image justement de Mudhoney, demeurent performants et rageurs au possible. Une basse charnue porte les chansons, couplée au sax indomptable d'Edwards et à des guitares elles aussi furibardes. La rythmique, carrée, tournant elle de façon assénée et reptilienne à la fois.

 

Plus loin et dans le massif d'obédience 70's, "I just can't help but stare" et son orgue s'illustrent mais c'est bel et bien la totalité de l'album qu'il faut saluer et mettre en avant, à l'heure d'un retour plus que réussi pour Ian White et ses compères.

photo de Refuse to keep silent
le 28/07/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019