Goatsnake - Trampled under hoof

Chronique Maxi-cd / EP (30:57)

chronique Goatsnake - Trampled under hoof

Dès les premières notes égrenées de l'album, on le sent comme un retour aux sources. Les sources du bon goût. Goatsnake, la dream team qu'on croit qu'ils vont se planter parce que ça promet trop et qu'en fait non c'est génial. Un son à faire pâlir n'importe quel petit merdeux envieux de lourdeur. Le ton menaçant du premier titre ne fait qu'écraser comme une noire masse vos petites couilles transpirantes.

Le chant de Stahl est toujours aussi énigmatique, mais jamais en dehors du ton, planant au dessus de ce gigantesque mammouth. Ça sent l'orage, ça sent la Orange. Ça sent le Sunn o))), et putain ça sent le Green ! Et rien que pour ça c'est une pièce de maître. C'est surtout que vous n'avez pas le choix, le son et le groove vous terrassent tel un grain de blé dans un moulin. Les moindres breaks sont parfaits, et là encore je ne parle que du premier titre, "Portraits of pain".

Déloyal ? Face à tant de son, on désespère de trouver un équivalent, un groupe qui tienne au moins le talon du mammouth, mais cela semble peine perdue. Jamais il ne fût donné d'écouter du rock'n roll si fort, si lourd. En vérité je vous le dit, si Goatsnake voulait détruire toute forme de compétition dans le milieu, ils n'auraient plus qu'à pondre un Dopesmoker (Sleep) à leur tour. Même si faut pas compter là dessus oui je sais...

Tant de causes se perdent, ce ne serait pas surprenant finalement. En définitive, ce Trampled under foot qui sent la poudre comporte tout de même de gros défauts qui nous laissent sur notre faim : la durée de l'album est une véritable moquerie quand on sait que les gaziers ont certainement plus que ça dans leur sac, et entendre les poules, chiens et autres énèrgumènes de basse cour brailler dans l'album ajoute certes à une ambiance conviviale, mais bordel ce qui se présentait comme une tuerie se termine en queue de pie et c'est malheureux.

Ceci dit, j'ai été assez abruti pour m'acheter deux fois cet album...

Et ce dernier argument, c'est le meilleur que je puisse vous proposer pour vous inciter à goûter à Goatsnake. 5 titres, c'est peu je sais, mais avec une reprise de "Burial at sea" (Saint Vitus) dans les fagots, c'est un très bon album que celui là.

 

 

Achat ou pas achat ? Achat.

photo de Carcinos
le 12/06/2011

3 COMMENTAIRES

Ukhan Kizmiaz

Ukhan Kizmiaz le 12/06/2011 à 11:15:32

Belle plaque... j'ai bien bloqué sur la pochette aussi ;-)
Un bon disque rien que pour les 2 premiers titres magistraux.

Wayne F.

Wayne F. le 13/06/2011 à 10:37:00

Je l'adore celui ci ! Pareil, jolie pochette, c'est vraiment une putain de photo...

Sinon dans l'ensemble j'aime TOUT. Même la reprise de Black Oak Arkansas avec la petite anecdote au début... mais surtout JUNIO JAM ARR

bernard

bernard le 14/06/2011 à 14:20:31

Eh ben je prèfère court est bon comme celui ci (même si la reprise de black oak machin me fait chier) que tout leurs autres disques remplis de morceaux bouche trou passables.

La reprise de VITUS est géniale !!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019

HASARDandCO

Vlaar - Vlaar
Chronique

Vlaar - Vlaar

Le 30/01/2019

Archers And Arrows - Alone Together