Hangman's Chair - Hope///Dope///Rope

Hangman's Chair - "Hope///Dope///Rope"
chronique Hangman's Chair - Hope///Dope///Rope

Je galère comme pas possible avec ce disque que j’écoute depuis pas mal de temps, parfois en boucle pendant des tiers de jour.

Mais allez savoir pourquoi mon fichier libre office reste blanc. Impossible de dire quoi que ce soit sur cet album...

 

Voici donc mon premier brouillon vite interrompu :

 

Commençons par les deux seuls gros points négatifs de ce disque :

Premièrement la pochette.

Et deuxièmement une intro par une chorale d’enfants que je trouve désagréable, mais heureusement le premier riff arrive, et là ô joie ô bonheur, le chanteur n'est pas loin.

Et quelle voix ! Je ne suis pas assez calé pour vous dire que c'est sans doute l'un des meilleurs chanteurs de musique lente en France, mais il rentre sans doute dans la caste des très bons. Sur tout ce Hope///Dope///Rope, le ton est toujours juste plein de grâce.

 

Et un deuxième brouillon :

C'est plus qu'enthousiaste que je réclame ce Hope/// Dope/// Rope à Pidji, et c'est par une belle soirée qu'après mon savonnage de raie quotidien, je descends acheter juste une baguette. Et au retour, comme habituellement, j'ouvre ma boîte aux lettres et là, hô ! surprise une enveloppe inattendue* ! C’est que Pidji, en plus d’être un chouette webmaster**, c’est un gros cachottier puisqu’il ne m’avait pas prévenu que je le recevrai.

 

C'est donc précipitamment (enfin dans la mesure où je peux me précipiter) que j'écoute ce Hope/// Dope/// Rope. Et là, quelle idée ils ont eu de commencer leur album par une chorale de gamins chantant en allemand ? Mais à peine le temps de me plaindre que le chanteur intervient et là « putain mais quelle classe, ce mec tue » ! Il y a dans sa voix un paquet d’émotions toutes plus spleenétiques les unes que les autres. Le chanteur ne dégage pas d’émotions, il délaye son vague à l’âme dans notre mélancolie pour nous embrasser dans un cocon ouaté où la tristesse nous baigne de bien être. Ses parties vocales sont très réussies et me rappellent la classe d’un certain Wino avec peut être un peu de Buckley pour la fougue, la beauté claire et transparente, et le charisme.

 

Reste plus qu’à parler de la musique et j’aurai rempli le contrat.

 

Reprise du brouillon 2, après 15 jours : Heureusement pour moi qu'il tarde à sortir et que Nico de Bones Brigade soit en tournée ce printemps…. 'tain, juste le temps de vérifier pour apprendre sur facebook qu'il est dispo avec son horrible pochette chez MusicFearSatan pour les parisiens, et bien-sûr chez Nico: en gros ma vieille croûte toute suppurante, mon vieux bubon d'amour faut qu'en plus de préparer la galtouse pour c'te nuit tu finisses ce que tu as commencé il y a déjà un trimestre.

 

Ok maintenant que vous savez tout, je ne peux plus vous dire que je n'ai pas eu le temps de me le fondre dans les cages à miel étant donné que j'ai déjà passé un temps frôlant l'overdose à écouter ce disque qui fait passer certain riffing hardcore moshisant avec une légèreté déconcertante. Sur ce Hope/// Dope/// Rope, que ce soit les parties les plus hardcore abrutissantes ou les breaks des plus massifs, tout finit de façon d'autant plus émouvante et belle qu’il a commencé dans une noirceur mélancolique. Puis toujours cette Voix !!!

 

Ce n’est pas parce que j’ai dit que la musique était belle qu’elle est joyeuse, entendons-nous bien. Puis toujours cette voix.

C’est juste que le Doom (faut bien appeler un chat un chat) d’Hangman's Chair n’a rien à voir avec la musique pluvieuse triste du doom anglais: Hangman's Chair continue de faire dans la musique urbaine, et moderne. Ancrée dans le couple misère/beauté que seul Paris peut revendiquer. Puis toujours cette voix.

Comme Paris, Hope/// Dope/// Rope fait des aller-retours entre la lumière des grands boulevards et l’ombre projetée par les tours les plus insalubres de la capitale, les rues proprettes de certains quartiers et les caniveaux les plus dégueulasses du reste. Puis toujours cette voix.

 

Hope/// Dope/// Rope est un disque aux Riffs bluesy-hardcore plombés doom urbain mais raffiné, c’est l’humeur de l’auditeur qui fera la saveur du disque : montée aphrodisiaque d’un spleen ou chute crasseuse d’un souvenir de bien être. Puis toujours cette voix.

 

Le bonheur de ce disque c’est d’être en constante balance clair/obscur : se battre pour (sur)vivre ou trouver le courage de sauter du tabouret. Puis cette voix.

Ce disque se savoure en plein mois de novembre grisâtre où chacun baisse la tête, pas pour lutter contre la rigueur du climat mais pour éviter la misère des autres, rester seul dans son cocon à se morfondre avec Hangman's Chair dans les oreilles. Puis toujours cette voix.

 

Vivement cet automne !!!

 

 

*Généralement quand je raconte ma vie c’est que vous n'allez pas apprendre grand-chose sur le disque...

**Ça c’est pour flatter l’ego de Pidji, histoire de faire passer ma chro.

photo de Sepulturastaman
le 26/07/2012

4 COMMENTAIRES

daminoux

daminoux le 26/07/2012 à 13:33:45

super kro..... maintenant il ne me reste plus que d'attendre que ma boite au lettre ce remplisse

Carcinos

Carcinos le 26/07/2012 à 18:47:29

Autant sur le précédent album, l'effet de la voix ne ressortait pas autant (et je préférais donc le lament for the addicts), autant là c'est excellent... Et en plus, pour avoir entendu comment ils enregistrent, apparemment c'est très naturel : un passage à enregistrer, rien à jeter, une lampée de jack, un autre passage à enregistrer, etc.

Paf le chien

Paf le chien le 26/12/2017 à 12:31:53

Très bel album de Hangman's Chair effectivement, tout est dit dans la chronique. Par contre je trouve très belle la pochette. Elle prend sans doute plus de valeur avec la pochette du vinyle que celle du cd.

sepulturastaman

sepulturastaman le 26/12/2017 à 12:44:28

@ Paf le chien : non quand c'est moche en 12cmx12cm c'est proportionnellement encore plus moche en 30cmx30cm. Mais bon par rapport à la future pochette de "banlieue triste" http://cpc.cx/kVT ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019