Hatebreed - Hatebreed

Hatebreed - "Hatebreed"
chronique Hatebreed - Hatebreed

Aujourd'hui, pas besoin de présenter le groupe de la chronique puisqu'il s'agit d'une des plus grosses pointures en matière de Hardcore. Vous l'avez deviné, il s'agit bien de Hatebreed qui signe un nouvel album (et oui encore !) éponyme. Avant même d'écouter le disque, certains signes ne trompent pas. Une pochette très clichée pourrait cacher un manque d'originalité, de même pour la recherche du nom de l'album, tout simplement éponyme. Mais "qui n'écoute pas ne peut savoir" alors c'est avec hâte que l'on fait défiler l'album. Et "défiler" est bien le mot, 15 morceaux dont la plupart ne dépasse pas les trois minutes. Bref, il est clair que l'efficacité est toujours de la partie avec des riffs tous plus destructeurs les uns que les autres, un Jamey Jasta qui fait bien son boulot comme d'habitude, à l'image de "Not My Master". C'est une bonne claque de Hardcore comme Hatebreed sait en donner. Mais ils en ont donné déjà pas mal alors on commence à ne plus les sentir, tellement elles se ressemblent toutes. Et oui, comme je l'ai suggéré au début de la chronique, Hatebreed fait du Hatebreed, sans chercher à évoluer ou à explorer de nouveaux horizons. C'est toujours bon, mais toujours pareil, et ça en devient chiant au possible. Faire des albums dont on connaît déjà le contenu ne donne pas vraiment envie de l'écouter, autant se réécouter un "Rise Of Brutality" ou encore un "Supremacy". Les américains ont bien compris ce que les fans veulent entendre et c'est tellement plus facile, n'est-ce pas ? Ou serait-ce que la machine de guerre a épuisé toutes ses munitions ? On en saura plus dans l'avenir. Pour résumer, un bon album efficace comme le groupe sait le faire, mais complètement dénué d'utilité et d'originalité...

photo de Finisterra
le 18/11/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019