Hebosagil - Lohtu

Hebosagil - "Lohtu"
chronique Hebosagil - Lohtu

Je n'avais jamais entendu parlé des finlandais d'Hebosagil avant que le boss ne me suggère subtilement de me charger de ce Lohtu. Autant dire qu'il fallait que je file droit pour cette chronique. Cinquième L.-P. pour le groupe, ce dernier ne se réinvente pas (d'après ce que j'ai pu lire à droite et à gauche et sur le foi des quelques autres titres que j'ai pu écouter) et poursuit la voie tracée jusqu'à présent. On retrouve l'urgence du punk, la puissance du metal, la viscosité du sludge et la dissonance de la noise.

 

Le groupe tire sa force de son jeu perpétuel sur les contrastes, entre guitares cristallines (les arpèges en ouverture), riffs rentre-dedans et batterie qui fonce bille en tête ou qui se fait plus groovy. Les musiciens emmènent l’auditeur là où ils le désirent, au gré de leurs envie, mais toujours avec justesse, sans que cela paraisse forcé. On navigue en permanence entre NOLA, banlieue ouvrière de Londres et clubs enfumés de New York. Il est inutile de chercher à savoir où l'on va être embarqué, les surprises sont nombreuses au sein parfois du même morceau. On est loin cependant du prog, à mesure des écoutes, un dessein semble se tracer et l'on parvient à dompter cet ensemble parfois abrupt. Il est vrai que l'on n'est pas aidé à ce niveau par les vocaux, en alternance clairs ou déchirés, en finnois, intelligibles mais incompréhensibles.

 

Chaque piste possède sa propre atmosphère (l'intro de « Auringonnousu » n'est pas sans rappeler celle de « Black Sabbath »), mais toujours sombre, proche du chaos originel, même si le son général manque peut-être de grain (la basse par exemple, très présente, n'est pas distordue). Avec des ingrédients simples, Hebosagil arrive à imposer sa propre vision d'un monde au bord du gouffre, en proie à l'entropie et extirper les tripes du malheureux auditeur masochiste qui en redemande.

 

Merci chef pour la découverte...

 

photo de Xuaterc
le 08/11/2016

3 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 08/11/2016 à 09:48:50

j'aime bcp l'orientation bien noisy de ce disque ;)

sepulturastaman

sepulturastaman le 08/11/2016 à 12:14:48

Pour chipoter le dernier morceau est peut être un peu long ; mais ça reste ultra--bonnard et mega-coolos

Xuaterc

Xuaterc le 08/11/2016 à 17:44:53

ça ne m'a jamais les morceau à rallonge moi, mais c'est vrai qu'il se traine un peu

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements