Fred barjo Odonae Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Heilung - "LIFA"

Heilung - "LIFA"
chronique Heilung - LIFA
8/10 0

écouter "Full Show"

Acheter Heilung LIFA sur Amazon

mp3 mp3

 

Style musical : 

Folk païenne

 

Année : 

2017

 

Tracklist :

Opening Ceremony
In Maidjan (Live)
Alfadhirhaiti (Live)
Carpathian Forest (Live)
Krigsgaldr (Live)
Hakkerskaldyr (Live)
Fylgija Ear / Futhorck (Live)
Othan (Live)
Hamrer Hippyer (Live)

 

Label : 

Self-Released

groupe Heilung
Heilung

Chroniques :

LIFA (2017)
Dans le même style :
Ulver - Kveldssanger

Dans le créneau nordique chamanique, pas fastosh de s'imposer face à la bande de Kvitrafn (Wardruna).

Pour qui connaît la musique ou a déjà vu le Norvégien et ses complices sur scène (surtout avec Gaahl), l'expérience laisse en effet des traces.

Et bien les Danois de Heilung concurrencent les patrons sur leur terrain.

 

En effet, LIFA, le live de cette jeune formation, est une expérience musicale mais aussi visuelle assez bluffante.

Niveau des mirettes, la profusion de breloques, de costumes, de plumes, de fumigènes et d'ossements, sur scène, aurait pu desservir le propos du groupe en le tournant au ridicule. Mais force est de constater que l'ambiance sombre et ritualiste nous embarque rapidement.

Le groupe le dit lui-même, tout rapprochement de leur démarche artistique avec des idées religieuses ou politiques modernes est caduque. Seules comptent l'évocation de l'âge du fer et de la période viking ainsi que la reconstitution d'instruments anciens, d'armes et de boucliers tenus par une bande de sept bargeos accompagnant les zicos sur les planches.

Des musiciens au nombre de trois pour ce qui est du noyau dure du groupe. Mais ce triumvirat est accompagné de quatre autres peinturlurés jouant de plein de trucs faits avec du bois et des peaux.

 

Si Wardruna est contemplatif dans son propos, la musique de Heilung se fait bien plus viscérale et inquiétante. Dès l'intro de l'album, on rentre en Terres Sauvages. En Pays Rouge. Placide nous dit de ne pas se mettre au travers de son chemin. Si vous ne connaissez pas Joe Abercombrie et sa fantasy de badass, vous avez échoué quelque part.

Le chant principal est double, rauque et scandé. Rythmé d'une pulsation primitive. Tibétains ? Quand on remonte dans les origines, on trouve des points communs si on cherche bien. Dites-le aux autres. Les mecs folks quiches au cerveau de puce.

Des fantômes d'instruments à vent apparaissent. Des loups aussi. Des chœurs de barbares et une banshee venus faire moisson d'âmes.

 

                                                              

 

Pas jaune rigolo vous dis-je. Maria Franz, désormais membre à part entière du groupe (à ses débuts, elle n'était qu’une guest), apporte alors la touche féminine d'une pythie en pleine montée de gaz toxiques. Ses vocalises non euclidiennes sont utilisées comme instruments à part entière plafonnant dans les aigus ou imitant... une flûte ? Les porteurs de boucliers ne font pas que déco aussi mais entonnent le haka des Berserkir. Les guerriers fauves entrent dans la danse. Et c'est pas du sirtaki.

 

Niveau textes, forcément c'est imbitable mais ils proviennent principalement de pierres runiques et d'autres gravés sur des lances (faudra m'expliquer où ils ont été les chercher ceux-là) et des amulettes d'époque (Idem). Il y a aussi de l'Anglais.

Bon, je ne suis pas scalde mais chanter des épitaphes ou des souvenirs de voyage (le gros des pierres runiques)  me paraît... étrange. Disons que concernant la poésie, la seule strophe scaldique ayant été gravée lors de l'époque viking est celle présente sur la pierre de Karlevi, à la mémoire du chef Sibbe. Oui, bon y'a aussi la pierre d'Eggja en Elder Futhark du VII ème siècle. Ses runes sont sujettes à beaucoup d'interprétation cependant mon bon monsieur.  Mais je fais ma raclette. Et on s'en cogne des textes des trucs qu'on écoute.

 

Oui, le concept global est too much et va en laisser plusieurs sur le carreau à faire de la broderie avec tatie. ​Mais, Heilung transcende ici les compos de son premier album Ofnir en les rendant primaires et obsédantes.

Et si vous êtes un minimum sensible, comme moi, au folklore nordique de la Reine des Neiges et au paganisme d'Un Indien Dans la Ville, vous allez voyager.

photo de Crom-Cruach
le 17/03/2018

Note des commentateurs : 9/10 (sur 1 votes)

Commentaires

Maldoror

Sa note : 9/10

Maldoror le 30/06/2018 à 12:55:37

Putain ça défonce ce truc

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 02/07/2018 à 17:22:38

Dans le créneau, y'a énormément de guignols, eux sont vraiment bien barrés, oui.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

TENDINITE : 1 vinyle à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Plèvre - s/t

Évènements

NO ONE IS INNOCENT + LES SALES MAJESTES + TAGADA JONES au Stereolux à Nantes le 25 octobre 2018Stomping #8 @Secret Place à Montpellier (34) les 9 et 10 novembre 2018Tournée française SEEDS OF MARY du 15 septembre au 8 décembre 2018