Hiks - Bezañ en e vutun

Hiks - "Bezañ en e vutun"
chronique Hiks - Bezañ en e vutun

Si pour vous, la musique bretonne se limite à Manau et Nolwenn Leroy, il va falloir revoir certaines choses, à commencer par un stage avec l'ARB (qui n'est pas l'Association des Randonneurs Bretons). Pour s'en tenir à la musique, débutons par Hiks. Les quatre gars de Cléguérec, depuis déjà cinq albums, portent l'étendard d'une culture qu'on a voulu caricaturer pour mieux museler. Le sérieux de leur démarche ne peut plus être remis en question depuis que Gabriel Yacoub et Malicorne se sont associés avec eux en 2014. Pratiquant ce qu'ils qualifient eux-mêmes de Drum'n'Breizh, ils questionnent la bretonnitude, les traditions et le futur de la culture. Et, cela ne gâche rien, bien au contraire, avec un humour certain: il n'y a qu'à voir les photos présentes dans le livret.



Hiks, pour faire simple, pratique un Electro Rock instrumental auquel se mêlent des instruments issus du folklore breton: bombardes, violons... pour mettre en musique les fest-noz 2.0. Car, l'un de leurs buts est de faire danser les foules, réconciliant coiffe bigouden et casquette (c'est horrible, j'ai l'image dans la tête d'un couvre-chef en dentelles à visière plate et siglée Van Dutch...). Pour eux, tradition ne rime pas avec congélation, elle est en perpétuel mouvement et renouvellement. Je ne vais pas vous faire un cours d'Histoire, mais cette volonté de figer artificiellement les coutumes régionales est un héritage des folkloristes du XIXe siècle parisianno-centrés. À la manière d'Alan Stivell (pour citer le plus connu), des groupes comme Hiks, ou Plantec continuent de faire évoluer la musique bretonne et à l'inscrire dans le troisième millénaire.



Dans sa tâche d'essayer de défaire la région des clichés qui lui collent au menhir comme une étiquette "Prince de Bretagne" à un artichaut, Hiks s'appuie sur de nombreux extraits de reportages des années 1950 qui, entre autres, affirment qu'elle a un demi-siècle de retard, ce qui en fait un problème national. On retrouve également un texte dit par la poétesse Anjela Duval, sur la beauté des territoires bretons, ainsi que le célèbre Jorj Belz qui vient chanter sur "Amzer vremañ kevrennek ».



Malgré les aspects dansant et humoristique, il se dégage de la musique de Hiks un sentiment de tristesse, léger mais bien présent, comme si ces moments de joie et d'allégresse que représentent les danses ne dureront pas et que la triste réalité de l'agriculteur ou du marin allait venir les fracasser comme la marée sur la côte d'Émeraude. En tout cas, mission accomplie pour le groupe avec ce Bezañ en e vutun (dans son tabac, dans son élément dans la langue des sœurs Goadec), un album à la fois de divertissement et revendicatif.


photo de Xuaterc
le 18/05/2019

3 COMMENTAIRES

Vincent Bouvier

Vincent Bouvier le 18/05/2019 à 20:00:38

- "mais cette volonté de figer artificiellement les coutumes régionales est un héritage des folkloristes du XIXe siècle parisianno-centrés. " Tu pouvais pas me faire plus plaisir!

- " il se dégage de la musique de Hiks un sentiment de tristesse, léger mais bien présent" Inhérent à tous les bretons j'ai envie de te dire! Avec l'alcool, on a un peu ça dans le sang... Les deux étant sûrement corrélés...

Pour les avoir vu maintes et maintes fois, n'hésitez jamais à allez voir Hiks si vous le pouvez... Idem pour tous les festoù-noz et festoù-deiz sortant du circuit touristique... Voilà, j'en ai terminé de la promo pour la Bretagne.

Xuaterc

Xuaterc le 20/05/2019 à 07:16:12

"Tu pouvais pas me faire plus plaisir!" J'avais peur d'être trop pédant sur ce passage. Tu me rassures.

"Inhérent à tous les bretons j'ai envie de te dire!" Inhérent aux peuples de marin, je crois, il me semble que je l'ai déjà écris dans plusieurs chroniques il me semble.

"n'hésitez jamais à allez voir Hiks si vous le pouvez" c'est malheureusement rare des les voir au sud de la Loire...

Xuaterc

Xuaterc le 24/05/2019 à 11:34:30

Les bretons apprécieront
https://www.liberation.fr/direct/element/selon-le-cabinet-de-ferrand-ce-nest-pas-facile-de-trouver-un-jeune-qui-sait-lire-et-ecrire-correctem_64547/?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter&fbclid=IwAR38rUk7Ee_FivsXAtR46bfRsIF6KJbFTc3c567zjC75PjhA6Be_5AEgcLc#link_time=1495635028

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019