HkY - EP

HkY - "EP"
chronique HkY - EP

La multitude de groupes parisiens émergeant dans la scène post-hardcore est en partie du à des musiciens aimant trifouiller dans 10000 groupes à la fois.

Ce genre de zicos que l’on retrouve dans HKY précisément, sous une face beaucoup plus sombre et plus froide que dans leurs autres formations (Every Reason To…, ((remote)), Vengeance, etc...) rassemblés autour des influences communes Neurosis, Godflesh, Minsk, et autres Mouth Of The Architect ou Amen Ra, pour nous sortir un premier Ep profond et puissant.

 

Pas besoin de chercher des heures des superlatifs relatifs à la noirceur et au cancer, ils sont tous dans cette première galette d’HKY. Bien condensé, en 4 titres pour 33minutes, les six gaillards n’y vont pas par quatre chemins quand il s’agit de planter leur décor post-apocalyptique : riffs lourds et malsains, arpèges mélancoliques et gros son abrasif, arrangements froids et corrosifs grâce à la patte de Damien, claviériste (officiant également dans Immemorial bien plombé dans son genre) chant arraché s’évanouissant dans la brume, et base rythmique pachydermique.

On notera a partir du morceau « Heaven send anvil » la volonté du groupe de sortir la tête de l’eau pour reprendre une bouffée d’air frais (des mélodies planantes et classieuses, une atmosphère plus dégagée, plus claire) en finissant en beauté par un « In worship facing the ruins » à la montée intense et au finish écrasant.

Niveau originalité, le genre n’est pas renouvelé mais on note un réel effort dans les arrangements de synthés, samples et autres bidouillages sonores dissonants et crissants ; dans la complémentarité des guitares très réussie, et mon petit coup de cœur sur les breaks de batteries et des amorces de riffs qui arrivent là où on ne les attend pas (« Curve and abvundance »).

Seul point noir (et encore, gris) c’est qu’il faut plusieurs écoutes pour vraiment apprécier les nappes de chant, qui m’ont un peu rebutées au début (étant aussi habitué à entendre les morceaux sous leur forme instrumentale), mais qui sont posées de façon admirable dans le dernier morceau car plus en retrait.

 

Pour les amateurs du genre, cet Ep d’HKY est à posséder et à savourer avec délectation (n’hésitez pas à le remettre plusieurs fois de suite pour un effet optimal) ; a classer parmi ces petits coups de cœurs sortis d’on ne sait où (Elodea, Hyatari, Samothrace, Omega Massif etc...) qui nous ravissent les tympans.

En plus le packaging et la cover sont super classe (réalisée par Chuck de Warsaw Was Raw) collant parfaitement a l’ambiance des morceaux ce qui rajoute une dimension supplémentaire pour apprécier cette galette. Bel effort donc et belle réussite pour un groupe qui commence à prendre de la bouteille dans la région parisienne et qui on l’espère étendra ses racines jusqu’à la province et jusqu’à nos corps endoloris par la pesanteur de cette musique vibrante et amplifiée.

photo de Viking Jazz
le 27/03/2009

7 COMMENTAIRES

mat(taw)

mat(taw) le 27/03/2009 à 15:09:10

J'ai vu la cover hier et c'est vrai que c'est classe...Et le son est vraiment très bon. J'pense que j'aurais dit a peu près les mêmes choses que toi donc autant te l'avoir laissée finalement ;) J'aurais manqué d'objectivité sur ce coup

Pidji

Pidji le 27/03/2009 à 23:20:48

Faudrait que j'écoute ça moi !

((( viking jazz )))

((( viking jazz ))) le 27/03/2009 à 23:43:52

merci bien mat ! ^^

KRS

KRS le 28/03/2009 à 11:55:48

merci ben juste quelques precisions:
l'album sort chez music fear satan en vinyl, cd , cassette...

finisterra

finisterra le 28/03/2009 à 12:43:41

Sympa de s'auto-noter 10/10 héhé!
Allez je fonce écouter ça!

(The) Aurelio

(The) Aurelio le 15/04/2009 à 09:52:17

Un excellent disque...

(The) Aurelio

(The) Aurelio le 15/04/2009 à 09:53:01

arf, je voulais mettre 9, toutes mes exccues

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Blackness - juillet 2010
Eibon - II
Chronique

Eibon - II

Le 28/05/2013