Hypno5e - A distant (dark) source

Chronique CD album (70:00)

chronique Hypno5e - A distant (dark) source

"Tais-toi, on vient !"

Cet ordre, parmi les premiers mots entendus sur A distant (dark) source annonce le retour d'Hypno5e aux affaires électriques et métalliques après Alba
Rappelons-le pour les deux du fond qui somnolent près du radiateur entre deux snaps : Alba était la BO 100% acoustique du film-documentaire du chanteur, Emmanuel Jessua (que l'on qualifiera de "tête pensante" principale d'Hypno5e).
Ce retour à l'art bourrin (mais pas que) dans lequel excellent les Montpéllierains, était donc très attendu après le très réussi Shores Of The Abstract Line (savamment chroniqué par un croisement de Lester Bangs et Philippe Manoeuvre entre ces pages).


Décidément doué pour introduire ses albums avec un sample (à l'instar des précédents), Hypno5e parvient à nous faire basculer dans son univers fantastique en l'espace de quelques mots et quelques secondes.
On comprend immédiatement que le groupe n'a pas l'intention de se réinventer : il a un concept, une personnalité et ne cherche pas à s'en défaire. Apparemment, le groupe n'a rien de nouveau à offrir.
On retrouve dans ce disque absolument tous les éléments qui font que l'on aime (ou pas) Hypno5e

Pourrait alors poindre un léger sentiment de lassitude, si la puissance du charme des Français n'était pas aussi forte.
Mais Hypno5e bluffe aussi et surtout par la construction de son univers.

A distant (dark) source conte l'histoire fictive (heureusement) de spectres se réveillant autour du Lac Tauca (en Bolivie), aujourd'hui disparu mais ayant existé il y a quelques millénaires.
Une oeuvre diptyque dont on découvre la seconde partie en premier. Une déconstruction organisée de la narration qui n'est finalement pas loin d'être à l'image de leur musique faussement déstructurée en plus d'être syncopée, lourde, puissante et maintenant, notablement progressive. 
Ce dernier aspect d'Hypno5e était déjà marquant : la chose était déjà remarquable avec des titres longs dont les idées en patchwork s'enchaînaient bien en manquant peut-être parfois un peu de "liant". Une sensation peut-être due séquences saccadées imposées par les guitares. 
Tout en conservant ce savoir-faire de la syncope marquée lourdement par le riffing et la batterie, A distant (dark) source se caractérise par une aisance de composition : on se fait mener durant de longues épopées avec un fil narratif clair.
 
Tout le talent d'Hypno5e est de donner l'impression que les 70 minutes de l'album ne forment qu'un bloc, qu'une longue piste, qu'un roman musical.
Le chapitrage (intro / trois grands temps en trois parties- dont un premier plus court et introductif-) et une conclusion : un modèle de dissertation), la séparation en 11 titres paraissent finalement artificiels, tenant plus de la praticité et de l'accessibilité que de l'écriture.
Il est là tout l'intérêt de ce disque : on vit chaque seconde au rythme de l'histoire grâce au rythme de la musique. Un constat qui peut paraître simple et évident, tant de groupes l'ayant déjà réussi par le passé, mais la performance est loin d'être aisée. 

Associée au charme créatif (changements d'ambiance / association metal-acoustique / douceur-cris / samples variés et bien choisis) des Héraultais, la narration musicale est admirable. 
Les mots sont importants et peuvent paraître exagérés, mais on tombe en admiration, presque passif devant le déroulé qu'offre Hypno5e.
On imagine les spectres sortir de terre, on voit les ombres dans l'atmosphère brumeuse, on ressent le chaos, la perte de repères dans les instants de violence musicale, on se laisse porter par la valse funèbre des corps célestes grâce à la rythmique et aux cordes des arrangements (procédé qu'ils utilisent peu).
Hypno5e écrit constamment des trames et compose dans le détail en très peu de temps : cette manière de travailler sert à imposer une ambiance générale, à ne pas fouiller dans des fonds de tiroir des idées abandonnées qui dénoteraient avec la fraîcheur des compos plus récentes. A distant (dark) source est un "bloc" dans lequel tout est indissociable, dans lequel se fondent des samples dont les tons diffèrent, mais qui servent leur univers musical.


En apparence, Hypno5e n'a rien de nouveau à offrir. Les apparences sont souvent trompeuses.

 

photo de Tookie
le 22/11/2019

4 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 22/11/2019 à 08:38:07

Yes très bel album encore une fois !

Freaks

Freaks le 28/11/2019 à 13:49:18

C'est putain de canon ce truc!! merci pour la découverte Tookie, je sais déjà ce que je fais de ma soirée du 7 Février... ;)

pidji

pidji le 28/11/2019 à 13:52:58

Et je trouve l'album d'avant encore meilleur Freaks, jette-toi dessus ;)

Freaks

Freaks le 28/11/2019 à 13:57:09

Ça marche Pidji!! mais une fois sortie de ma monomanie en cours aha ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Ö-nirik - Incoherence
Gorod - juin 2010