Immortal - All Shall Fall

Chronique CD album (40:10)

chronique Immortal - All Shall Fall
Sept ans après Sons Of The Darkness leur dernier album studio, les légendes du Black metal Norvégien reviennent avec ce nouvel album du nom de All Shall Fall. Entre temps, Nuclear Blast nous a fait patienter en alimentant régulièrement notre intérêt pour le groupe avec un DVD (Live at BB King Club New-York, 2005), une réédition de Sons Of Darkness (2005), et d’autres éléments plus ou moins dispensables...
Cependant, les membres d’Immortal ne sont pas restés inactifs durant ces 7 ans, chacun officiant dans plusieurs autres formations. Ainsi, Abbath a pu sortir le premier album de I et Horgh est allé tâter les fût chez Hypocrisy (il en est le batteur officiel depuis 2004). Sur cet opus, les norvégiens accueil un nouveau venu à la basse avec Apollyon (Aura Noire, Gorgoroth...) arrivé en 2006.

Sur All Shall Fall, Immortal reste sensiblement fidèle à lui même : les fans s’y retrouveront parfaitement. La flamme des débuts est toujours présente et même après 20 ans le combo est resté dans le même esprit qu’au premier jour. Pour ce faire, Immortal a toujours eu le même fil conducteur avec le duo Abbath/Demonaz, et bien que ce dernier ait quitté le groupe en 1997 à cause d’une tendinite aigüe, il est resté l’unique compositeur des paroles du groupe. Cette stabilité inébranlable du line-up fait qu’Immortal fait, et continue de faire, du Immortal.

Le groupe n’a rien perdu de sa brutalité et de sa furie, Horgh est infatigable aux blastbeats et la rapidité de son jeu n’est plus a prouver ; ces passages sont contrastés par d’autres plans plus mid-tempo voir progressifs où le batteur nous prouve bien que son jeu ne manque pas de technique et de diversité. On retrouve également les riffs froids et thrash de sieur Abbath, je trouve d’ailleurs que ceux-ci sont de plus en plus accrocheurs.
A ce propos, All Shall Fall m’a semblé être beaucoup plus axé sur la mélodie et le travail d’arrangements a été plus poussé qu'auparavant... Ce qui fait que cet opus me parait encore plus épique et plus progressif que son prédécesseur ! Immortal a encore franchi un pas dans sa volonté de nous faire voyager dans les plaines du grand nord et dans son imagerie médiévale, occulte et guerrière. Le titre "Hordes To War" l’illustre concrètement avec des sons de cavaliers chargeant sur le champs de bataille.

Bien entendu, vous vous doutez que la voix d’Abbath, qui reste parmi les plus singulières du metal extrême, n’a pas vieilli. Le gaillard nous offre une fois de plus une voix écorchée, glaciale et malsaine qui prend encore plus d’ampleur lorsqu’il décide de pousser d’avantage sur ses cordes vocales avec des hurlements sortis d’outre-tombe ! Comme à l’accoutumée, c’est cette voix résonnant dans vos oreilles qui pose véritablement l’atmosphère de l’album, et la plupart des fans aime ce groupe pour les atmosphères froides, occultes et sorties d’une autre époque qu’il dégage...
Cet aspect est d’autant plus présent sur cet opus grâce à un artwork tout à fait nouveau : pour une fois ce n’est pas une photo du groupe ! Un très beau travail qui leur correspond tout à fait et illustre fort bien l'esprit d’Immortal.

En ce qui concerne les atmosphères et le son, les norvégiens jouent en terrain conquis puisque cet album a lui aussi été enregistré aux studios Grieghallen et Abyss, produit par Peter Tagtgren comme c’est le cas depuis l’album « Blizzard Beasts » sortit en 1997.

Pour conclure je dirais que All Shall Fall est un très bon album qui marque le retour fulgurant des maîtres norvégiens. C'est froid, brutal, voire malsain mais également plus épique, mélodique et limpide que les précédentes sorties. Immortal est de retour et c’est une chose à ne pas manquer !
photo de Domain-of-death
le 05/01/2010

2 COMMENTAIRES

sepulturastaman

sepulturastaman le 05/01/2010 à 19:44:45

J'attendais rien de cet album, j'en suis ni déçu ni conquis, les compos sont vraiment sympas le voix est toujours hum particulière c'est froid mais je sais pas je ne retrouve pas le plaisir que j'ai à l'écoute de "Pure Holocaust" beaucoup moins travailler mais beaucoup plus direct. Ce que je reproche c'est qu'il n'y a pas de morceau qui sort du lot, alors que dans "Pure Holocaust" le morceau éponyme est vraiment monstrueux cette intro à la batterie on sent que le blizzard arrive et paf on se le prend méchamment dans le coin du groin.

iozz

iozz le 06/01/2010 à 08:57:20

Très bonne chronique je trouve, qui définit bien ce superbe nouvel album d'Immortal.
Je n'attendais rien de particulier de cet album et pensais être déçu, mais il est vraiment excellent, et vraiment bien enregistré.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements