In Flames - I, The Mask

In Flames - "I, The Mask"
chronique In Flames - I, The Mask

Bon, ben, on y est … Le 13ème album studio d’In Flames est sorti le 1er mars 2019 chez Nuclear Blast. Pour être tout à fait franc, après les deux dernières sorties Siren Charms et Battles dont l’écoute m’avait déjà quelque peu affligé, je n’attendais I, The Mask ni avec enthousiasme, ni avec impatience. J’avais déjà été marqué il y a trois ans par la nouvelle du départ du batteur Daniel Svensson – perte irréparable –, puis de celui du bassiste Peter Iwers, remplacés respectivement sur cet album par Joe Rickard (puis Tanner Wayne) et Bryce Paul Newman. Leur envol en 2016 pour les États-Unis et Los Angeles préfigurait ainsi de changements significatifs dans le travail de création et de production. La critique n’a pas été déçue... Howard Benson, qui avait déjà sévi lors du précédent album, accompagné de Chris Lord-Alge au mixage et Ted Jensen au mastering, poursuit implacablement son œuvre ici, en faisant de son travail de prod une arme musicale de déconstruction massive. Même en tenant compte des évolutions artistiques inévitables au sein d’un groupe qui frôle aujourd’hui les trois décennies d’existence, le résultat final est accablant, pire que Battles !!! Et si cet album ne reçoit pas une note plus médiocre encore (au sens premier du terme), c’est uniquement – outre pour quelques passages intéressants – en souvenir nostalgique de la place occupée par ce groupe dans la construction de mon identité et de ma culture metal.

Il faut que j’étaye, c’est ça ??!! Oky !

 

Le visuel très réussi de la pochette, sombre et flippant, pouvait laisser penser à une sorte de retour aux sources. Que dalle ! L’écoute des 12 morceaux (50 min au total) ne débute pourtant pas trop mal avec les convenables « Voices », « I, The Mask » et « Call My Name », enrichis de solos très identifiables. Mais tous trois, ternis par les refrains en chant clair, se révèlent en fait être des leurres. Le reste est très mauvais. Bien qu’on y retrouve le refrain le mieux orchestré de l’album, « I Am Above » propose un mid tempo bien plat. Puis viennent les abominations : les ballades pop « Follow me », « All The Pain » et « Stay With Me », le mièvre « (This is our) House » aux paroles abyssales, un « We Will Remember » insipide et sans rythme, ainsi qu’un « Deep Inside » faussement orientalisant qui sent le kebab avarié. Et que dire de « In This Life » dont le refrain est un mirage auditif : mais qu’ont foutu les ingénieurs du son de la voix d’Anders Fridén ? Son growl a-t-il disparu ? Une catastrophe, ni plus, ni moins, qui vient de transformer le Death Metal mélodique d’In Flames en Pop-Metal groovy. Triste…

 

Il existe plusieurs passages et un seul morceau intéressants, spécialement lorsque les successeurs de Daniel Svensson parviennent bon an mal an à restituer le travail rythmique hallucinant qu’accomplissait jadis ce dernier, soutenu à la guitare par Björn Gelotte. Les voici, ils sont rares :

  • « Voices » : deux premières minutes, avant qu’elles viennent se fracasser sur le chant clair ;
  • « I, The Mask » et « Call My Name » : bons passages aux environs des 2 min ;
  • « We Will Remember » : entre la vingtième et la trentième seconde (!!!) ;
  • « Burn », vraiment bien, le seul morceau que je retiendrai dans son intégralité.

C’est fort peu…

 

Aucune planche de salut ? Si, si, une seule : les performances live.  Les concerts d’In Flames – toujours un événement – permettront peut-être de lisser tous ces défauts. En tout cas, on doit être beaucoup à l’espérer…

photo de Seisachtheion
le 12/03/2019

10 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 12/03/2019 à 09:28:58

Encore un exemple malheureux du syndrome "Nuclear Blast"

Garth Algar

Garth Algar le 12/03/2019 à 14:45:28

NB signe des trucs plus intéressants niveau Revival et Doom (Graveyard, Pallbearer, The Vintage Caravan, Khemmis, Enforcer...)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 12/03/2019 à 19:02:21

Revival de quoi ?? Préfère le Survival, perso. Sinon pour le groupe en question, j'ai du écouter un truc y'a 20 ans, c'était déjà très chiant de mémoire. Là, j'ai eu une rupture d'anévrisme arrivé au refrain. Suis hémiplégique: merci bien.

Garth Algar

Garth Algar le 12/03/2019 à 20:57:01

Revival de blues/hard rock genre Led Zep/Deep Purple 2.0 quoi !

Eric

Eric le 13/03/2019 à 14:50:02

Tu déboîtes le disque de bout en bout (à part 5 minutes du disque potables ) et tu mets 5/10 ???
Faut être un minimum cohérent quand même, sinon ça devient ridicule.

Seisachtheion

Seisachtheion le 13/03/2019 à 15:35:10

J'ai hésité à mettre pire, en effet !!! 3/10, 4/10, 5/10, ... Tout cela n'est qu'une échelle de valeur. Et, tu sais, outre "Burn", les trois premiers morceaux sont un ptit peu mieux que le reste...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 13/03/2019 à 15:35:36

Relis sa kro (fin du dernier paragraphe,début du deuxième et du troisième): totalement cohérente au contraire.


@Garth: C'était juste une blaguounette.

el gep

el gep le 13/03/2019 à 22:40:32

J'adore quand ça commente la note.
Sublime! Génial! Rien de mieux à s'mettre sous la dent que les os des morts des rongeurs, sous-squelette d'insectes.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 15/03/2019 à 17:55:23

Classe comme métaphore. Dès kya des os, c'es classe.

el gep

el gep le 15/03/2019 à 18:29:28

J'étais saoul.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Vakarm - World of chaos
Unkind - Pelon Juuret