John Garcia - The Coyote who spoke in tongues

Chronique CD album (39:00)

chronique John Garcia - The Coyote who spoke in tongues

John Garcia, à ne pas confondre avec José Garcia ou le sergent du même nom, est en premier lieu connu pour avoir été le chanteur de Kyuss mais aussi de Slo Burn, Hermano, Unida, Kyuss Lives ! ou encore Vista Chino (les deux derniers étant des réincarnations de Kyuss...). Après un premier album éponyme, il revient avec ce Coyote qui parlait... Cet album a la particularité d'être un album acoustique !

 

The Coyote who spoke in tongues est composé de 9 titres dont 4 reprises de Kyuss et la suite d'un morceau du premier album à savoir « Argleben » bien évidemment nommé « Argleben II ».

 

« Kylie » lance l'album c'est un titre dynamique sorte de tube rock acoustique avec un petit break bluesy ... Ceux qui connaissent « Green Machine » de Kyuss vont être extrêmement surpris par la version ici présente, c'est en effet une ballade légère que Garcia et ses compères nous proposent ! « Give me 250 mL » est mid tempo dynamique qui a un côté Jimi Hendrix alors que « The Hollingsworth sessions » est tout aussi mid mais sombre et un piano y intervient. Là où « Green Machine » surprend, « Space Cadet » est quasiment conforme à l'originelle de Kyuss (déjà acoustique il faut le dire)... Le sabbathien « Gardenia » est transformé en titre assez calme mais garde (nia?) la tension d'origine... la fin voit arrivée un slide, on notera que cette version dure moitié moins de temps. On finit les reprises de Kyuss avec « El Rodeo » qui se voit agrémenté d'arrangements de cordes mais qui reste quand même relativement heavy et garde son côté sombre. L'album se termine avec « Argleben II » un morceau assez lent et puis « Court order » un instrumental (pas courant sur l'album solo d'un chanteur)...

 

L'album donne l'impression que Garcia ne veut plus s'embarrasser quand il va jouer dans le désert même si dans les faits il y a un tout petit peu d'électricité ici : des claviers sur « Kylie » ou de la basse sur « El Rodeo ». On notera une absence de batterie tout juste compensée par quelques percussions.

 

Les allergiques à l’exercice acoustique peuvent passer leur chemin, ils risquent même d'être choqués en entendant « Green machine »... mais même quand on apprécie le trip il faut noter çà et là quelques longueurs un brin dommageables à l'ensemble. John Garcia y voit son album le plus important de sa carrière, on y verra plutôt un exercice de style bien exécuté mais qu'on pourra mettre au même niveau qu'un album live (certes ici il y a des chansons nouvelles tout de même), mais il faut le dire aussi assez surprenant...

photo de Papy Cyril
le 18/02/2017

1 COMMENTAIRE

Tookie

Tookie le 21/02/2017 à 17:04:53

J'ai beaucoup aimé cet album, une franche réussite.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019