Kehlvin + Rorcal - Ascension

Chronique CD album (28:51)

chronique Kehlvin + Rorcal - Ascension
Quand j’ai pris connaissance de l’arrivée de ce "Ascension" dans les bacs de COREandCO, je m’attendais a trouver un Split cd d’une qualité certaine compte tenu du répertoire des deux groupes présent sur ce disque. Mais lorsque j’ai découvert que cet opus ne contenait qu’un seul titre de près d’une demie heure, je me suis vite rendu compte qu’il ne s’agissait pas d’un Split entre deux formations mais bel et bien d’une collaboration.

N’étant pas spécialement habitué a ce type de disque, les auditeurs n’en seront que d’autant plus ravis à l’écoute de ce Ascension. Le son suisse des deux combos est là, toujours aussi particulier tant dans son grain que dans ses structures de riffs et d’arrangements. La pesanteur des rythmiques n’a d’égale que la profondeur des riffs et les enrichissements de mélodies et les différentes couches sonores apportent a ce morceau une atmosphère typique du genre Post-Hardcore. A la fois lourde et éthérée, flottant toujours entre les émotions a fleur de peau (les lignes de chant étant relativement réussies) et voguant entre les eaux troubles de la noirceur abyssale (le début du morceau avec ses larsens et ses rythmiques plombées) et des ruisseaux clairs et limpides (l’ouverture mélodique vers 10mn) la variété de ce morceau est un atout majeur dans ce type de pièce sonore plutôt longue.
Là où les groupes mettent a profit leur collaboration, c’est dans leur enchaînements de parties, ils ne se contentent pas de passer d’un plan a un autre: ils se servent de leur line-up doublé pour créer des nappes sonores relativement riches et originales (après l’apogée du passage très intense vers les 14mn)
Ces ouvertures mélodiques entre les guitares nous enveloppent dans un voile soyeux et délicat, nous envoûtant dans l’univers sonore des deux combos qui mélange savamment leurs énergies furieuses et leur force tranquille (comme a la suite du passage mélodique entre 14 et 20mn)
Je ne sais pas trop dans qu’elle mesure les groupes ont mis en relation leur deux line-up ni comment l’enregistrement a été effectué, mais il semblerait que sur certains passages les deux batteries se superposent et s’entremêlent parfois pour faire se succéder différents passages ( vers 23mn20) là même où les voix s’entrechoquent, se répondent sur un fond de rythmiques lourdement martelées.

La chronologie musicale de ce Ascension est vraiment réussie et la bonne mise en place d’une structure d’un morceau quelque soit sa longueur est une des clés pour faire d’un titre banal une tuerie. Cela se vérifie une fois de plus avec cette collaboration criante de talent et de créativité. La scène suisse n’est pas morte et le postcore non plus, heureusement pour nous et nos oreilles avides de sensations sonores poignantes. Je vous recommande donc vivement ce skeud aux amateurs de frayeurs électriques en tout genre qui ne seront pas déçus du voyage qui au final ne se révèle ni trop court, ni trop long…bref une bien belle ascension vers les cimes des très bons album du style.
le 23/05/2008

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements