Kvelertak - s/t

Kvelertak - "s/t"
chronique Kvelertak - s/t

Kvelertak (« étranglement » en langue de Desproges) est un groupe de six gaziers de Stavanger, une ville portuaire de Norvège. Le groupe se forme en 2007.

Voilà, une fois de rapides repères géographiques et temporels posés, passons aux choses sérieuses.

 

Autant le dire de suite, je ne suis pas fan des groupes sortis de j'sais pas où et qui se tapent Kurt Ballou pour la production de leur premier album.

Je me méfie également des pochettes trop léchées, classe et tout et tout, faites par John Baizley, le chanteur et guitariste de Baroness (beurk).

En gros, vous l'aurez compris, j'ai abordé l'album de Kvelertak avec beaucoup d'objectivité.

 

Mais là, dès le premier morceau, ce fut la claquouille immédiate, la grosse tarte rock'n'roll, la pelle à neige dans le téléski.

Hurlant le nom du groupe à pleins poumons, la horde envoie le boulet sans sommation, balançant un mélange improbable de keupon, de rock qui tache, saupoudré d'une légère touche Black.

Le son est propre, trop peut-être pour votre serviteur, habitué aux grésillements délicats de la pop suédoise...euh. On en reparle.

Dès le deuxième morceau, on change un peu de style : le rock du désert est invoqué avec une touche de cambouis made in « sons of anarchy ». On reste dubitatif, faut être méfiant tout de même...

Mais bordel, la sauce prend encore !! Même si les Nordiques tapent dans les mains comme des neuneus pour terminer leur ride à moto.

Il est à noter que "Mjød" fut utilisé sur la B.O. de l'ovni potache Troll Hunter. Un film plein de gloumoutes réjouissantes, à mater avec des potes et des packs de 6.

 

Okay ! Alors la troisième piste, on va pouvoir la démonter, le rictus aux lèvres en bon fils intolérants du DIY ! Manque de bol, l'intro, lourde comme un menhir balancé par cet abruti de Depardieu, nous enlève toute envie de rigoler.

Flûte, encore manqué. Au quatrième morceau on baisse les bras, vaincu par la pêche monstrueuse du sextette (carrément pas jazz) et par leurs idées à la pelle. Car "Blødtorst", soutenu par un clip original, est THE tube de l'album.

Malgré toute la mauvaise foi du monde, on peut donc difficilement trouver de défauts flagrants à ces 11 pistes. Même "Ordsmedar av rang", aux vieux relents heavy un peu décati, passe, rattrapé in extrémis par un chant d'écorché. Les Norvégiens se permettent en plus de terminer l'album à la guitare sèche. Scandaleux ? Oui, mais en fait pas du tout.

En effet, sur ce premier effort, tout semble couler de source sans être téléphoné pour autant. Et c'est là que le gang fait fort : être abordable par une multitude d'amateurs de rock fort au sens large qui reconnaitront leurs plans. Sans pour autant se la jouer plagieurs sans scrupule.

Ainsi, on peut citer un paquet d'influences qui nous font dire qu'ils n'ont rien inventé du tout.

Rien à battre, c'est tellement bien fichu qu'on ne peut s'empêcher de taper du pied et de secouer la tête avec un sourire béat.

Le son de l'album, très clean, prend alors toute son importance. Parce que les solos psychés, les accélérations mortelles, les claviers un poil kitchs, les riffs de bûcherons, les braillements de panda, il faut bien les mélanger avec cohérence sinon c'est le cassage de gueule assuré.
Comble du bon goût, les textes écrits en norvégien, abordent la mythologie nordique.

 

Les ronchons attendront peut-être que le groupe se gamelle cette année avec leur nouvel album. Et bien moi je gueulerai comme un gros débile : KVELERTAK !!!

photo de Crom-Cruach
le 05/02/2013

10 COMMENTAIRES

Tookie

Tookie le 05/02/2013 à 10:27:24

Un très bon album qui prouve encore une fois que les pays nordiques sont doués dans toutes les branches du rock.

choupikon

choupikon le 05/02/2013 à 19:34:53

leur meilleur album...

cglaume

cglaume le 05/02/2013 à 19:46:53

@Toukene: mouais, en nawak, à part Animal Alpha (et Diablo Swing Orchestra, certes), je n'ai pas vu grand chose venir...

Tookie

Tookie le 05/02/2013 à 19:52:55

Turbonegro en punk, en black faut-il en parler, en symphonique également, en screamo Jr Ewing. Même si mon coeur va vers la Suède (pas vers sa princesse Sep') la Norvège a de beaux arguments...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/02/2013 à 20:30:10

"Oooooooh I've got erection" !!!

Mr. Marshall

Mr. Marshall le 06/02/2013 à 10:45:18

Leprous mes amis !!!

Geoffrey Fatbastard

Geoffrey Fatbastard le 07/02/2013 à 09:25:22

Uéééé ! En Norvège, t'as aussi Black Debbath dans le genre stoner/punk/metal

Parav

Parav le 07/02/2013 à 15:11:17

Et Shining aussi! Your argument is invalid.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/02/2013 à 20:22:46

Shining ?Beuarrppp glourp uuurp rôôôtt !
Et encore, j'ai pas fait le bruit de la chasse d'eau.

Mr. Marshall

Mr. Marshall le 08/02/2013 à 12:21:53

Ulver sont norvégiens non ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019