Kwoon - When the flowers were singing

Chronique CD album

chronique Kwoon - When the flowers were singing

 

Il m'est déjà arrivé de prier pour ne pas finir sourd...La dernière fois c'était en 2006...avec Tales and dreams de Kwoon...qui était tout simplement magnifique.
Un album que j'osais à peine sortir de son boitier, pour ne pas l'abîmer, en tentant de choisir l'instant parfait pour l'écouter.
La nuit sied toujours plus à ce genre de groupe.
Pourtant, c'est sous un soleil printanier que je découvrais l'album, entouré d'herbe et de fleurs disposées dans un cercle parfait, qui n'avait rien de naturel. Une légère brise poussait des tulipes regroupées et alignées avec une rigueur quasi militaire. Certaines pétales, un peu fragiles bougeaient et parfois même se décrochaient : les fleurs chantaient.
 
When the flowers singing portait alors bien son nom. La nuit n'avait pas automatiquement les faveurs de l'album, le jour s'y prête parfaitement aussi.
Et encore une fois le charme opère avec cette oeuvre qu'on peut qualifier de post-rock.
Du post-rock comme on n'en fait plus souvent : parce que d'autres l'ont déjà fait. Souvent on pense à Sigur ros, à Mono, à Mum.
Mais Kwoon ne se perd pas dans des expérimentations foireuses.
Kwoon fait vivre une musique touchante...
Voyages poétiques, nous faisant flotter dans les airs ("When he flowers singing"), nous enfonçant progressivement dans les abysses les plus profonds dont nous abordons la périlleuse remontée("Schizophrenic").
Les yeux se rouvrent. Seule la première moitié du voyage est achevée.
 
Le printemps est une saison traître : le vent devient trop frais. Le voyage reprendra après le coucher du soleil...
Et là, la balade est d'autant plus belle qu'en reprenant une nouvelle fois "Schizophrenic", on a l'impression d'emprunter un second chemin. Toute en progression, on se sent transporté par ce crescendo long 5.38 minutes.
Les yeux se referment. Le chant se frotte à l'oreille. Sans hurler, tout en étant puissant, il s'ajoute à une batterie qui est loin d'être douce. Simple mais sèche, la conclusion du morceau est aussi parfaite qu'on pouvait l'espérer...
 
Kwoon ne s'est pas trompé en choisissant "Back from the deep" comme morceau suivant. Le voyage prend plus de temps à se lancer. On courtise l'auditeur avant de l'embarquer tout en douceur sur un fleuve bien plus calme...Le titre est le plus dispensable de l'album.
 
Inspirez...vous allez couler.
"Labyrinth of Wrinch" nous mène droit dans les méandres abyssiens. L'inspiration vocale est clairement celle de Sigur Ros au milieu d'un violoncelle plutôt discret mais présent. Le titre est court, mais il apaise pour "Ayron Norya".
On continue à couler...lentement...Le violoncelle nous accompagne quelque part entre mélancolie et espoir lorsque la musique prend de la puissance. La batterie s'impose tout doucement également. Kwoon soigne ses ambiances, impose des temps faibles après les temps forts. Rien d'extraordinaire à chaque fois, certes, mais l'exécution est parfaite. A la fois convenue et imprévisible, la musique des français va bien plus loin que la question de la technique ou autre considération : elle nous touche.
 
Je n'avais pas ressenti ça depuis (  ) de Sigur Ros en 2002.
Alors, on pourra leur reprocher une proximité avec de nombreuses formations. Oui.
Mais lorsque plusieurs semaines après la découverte de l'album j'ai réécouté When the flowers were singing dans une chaleur caniculaire, j'ai refermé les yeux. Lorsqu'on s'imagine sur la dernière piste, un homme marchant dans une neige balayée par un vent violent et que, malgré la chaleur, un petit frisson nous parcoure entre l'idée de froid et d'effroi sur les dernières secondes en crescendo...On se dit que le groupe est vraiment doué.
Ce soir là, étouffé par la chaleur, je ne priais pas pour un peu d'air frais, mais pour ne pas finir sourd.
photo de Tookie
le 09/07/2010

5 COMMENTAIRES

Nico

Nico le 09/07/2010 à 12:11:52

Toi aussi tu flippes de devenir sourd ?
Ça me fait ça à chaque écoute de Wish You Were Here...

Pidji

Pidji le 09/07/2010 à 12:16:56

Belle chronique en tout cas, qui donne envie d'écouter.

Sam

Sam le 10/07/2010 à 07:38:35

Le post-rock ça me fait chier. Nan sans blague, depuis bientôt une dizaine d'année, suite aux mémorables albums que sont "Those Who Tell the Truth Shall Die / Those Who Tell the Truth Shall Live Forever" d'Explosion In The Sky ou les anciens Mogwai jusqu'à cette même période, pour ne citer qu'eux, tous ce qui suit n'est que pâle copie conforme, rarement on aura entendu quelque chose d'un peu plus novateur (Sigur Ros): toujours les mêmes plans, les mélodies sirupeuses, les montées en apothéoses, etc... Bref, les disques de post-rock, je m'en méfie avant -même d'y jeter une oreille ...et pourtant... et pourtant.... bah ce Kwoon m'a complètement séduit! Le comble, c'est qu'il n'y a pas plus post-rock que Kwoon, tous les ingrédients sont là (et leurs clichés) mais fichtre que cet album est bon!!! Ai-je eu un instant de faiblesse? :)

(The) Aurelio

(The) Aurelio le 10/07/2010 à 15:11:40

non l'album est vraiment bon... ce n'est pas un instant de faiblesse :-)

Pidji

Pidji le 15/07/2010 à 16:08:47

Le titre Schi zo phre nic me fait énormément penser à du Oceansize

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements