Le Singe Blanc - Babylon

Chronique CD album (29.44)

chronique Le Singe Blanc - Babylon

Les messins du Singe Blanc n'en sont pas à leur coup d'essai, loin s'en faut, et ont, au fil des sorties et d'expériences scéniques de tout ordre, acquis un savoir-faire incontestable, dans ce créneau agité, qu'on qualifiera de "fusion", réminiscent de Primus.

 

Sur ce nouvel album et dès "Bombadilhom" et sa guitare virevoltante, ses rythmes changeants et assénés, son chant bien sûr dingo, la recette fonctionne et trouve son prolongement sur huit autres titres percutants comme "Ouzfat" et son intro débridée qui brusquement calme le jeu, les morceaux de Babylon étant de plus assez courts pour ne pas lasser, ce qui parait d'ailleurs nécessaire au vu des nombreux rebondissements qui les jalonnent.

 

Malgré cette dextérité, ce style certes influencé mais maîtrisé, on regrettera que le Singe Blanc s'en tienne à cet univers basé sur le délire, marqué par une main mise instrumentale, et vocale, affirmée, mais que le groupe développe depuis trop longtemps déjà pour qu'on ne puisse souhaiter la voir étoffée d'éléments différents, novateurs, qui permettraient au trio de se renouveler quelque peu. La qualité est là, c'est indéniable, et on écoutera chaque livraison avec un plaisir évident, entre les motifs de "Tapadi" et un "Zirath" d'abord saccadé puis fonceur, mais on est maintenant en droit d'exiger de ces musiciens, de toute évidence assez doués pour s'y atteler, un apport à cette personnalité délirante et bien tenue.

 

Bon album donc, une fois de plus, mais on attend d'ores et déjà, la suite des réjouissances avec exigence et curiosité.

photo de Refuse to keep silent
le 16/10/2010

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements