Lilium Sova - Lost Between Mounts and Dales / Set Adrift in the Flood of People

Lilium Sova - "Lost Between Mounts and Dales / Set Adrift in the Flood of People"
chronique Lilium Sova - Lost Between Mounts and Dales / Set Adrift in the Flood of People

Dans Lilium Sova on n'a pas de voix mais on a des idées ! 


La première est de coller un violoncelle aux côtés d'une guitare et d'une basse (qui aime se faire remarquer).

Le mutisme du groupe suisse est une belle occasion de se laisser aller aux ambiances d'un second album coupé en deux temps. S'y opposent les irrégularités, les fantaisies parfois vertigineuses et violentes ("Lavina") de la nature au rapide, brutal, carré, hyper-organisé et massif du monde urbain.

 

Mais que l'on ne se méprenne pas, à l'image de sa pochette, tout l'album est terriblement gris : inutile donc de rechercher la moindre trace de jouasserie, l'ambiance se veut sérieuse, le ton grave.
D'ailleurs, dès l'introduction brumeuse (limite inquiétante) qu'est "Dimma", on comprend bien que l'on n'est pas là pour se marrer.

Au-delà de la qualité du morceau "Pakeneminen", la seconde certitude est que l'album ne bénéficie pas d'un mastering flatteur. Le mix reste plutôt agréable avec une basse grésillante très avancée qui partage le devant des enceintes avec le violoncelle. On retrouve, un peu plus en retrait, la guitare et la batterie qui n'en demeurent pas moins audibles.
Un constat qui tient pendant les 42 minutes mais qui ne gêne pas l'écoute : on peut juste regretter que le son ne soit pas plus lisse pour le rendre plus confortable...

 

...A moins que sa "rugosité" ne serve à amplifier le travail effectué sur la basse particulièrement malmenée et sur le côté noisy des compos.
Les morceaux, n'ont cependant rien "d'éclatant". Ils ne distribuent pas des gifles à leur découverte, ne font pas dans le spectaculaire, mais ils demandent une certaine attention pour en tirer tous les effets.
Tantôt agressifs, tantôt mélancoliques, parfois les deux (le progressif et excellent "Ofkaeling"), les titres de la première partie de l'album "Lost Between Mounts And Dales" sont une jolie réussite.

 

La suite "Set adrift in the flood of people" se veut plus massive. La guitare prend une plus grande place, fait disparaître le violoncelle et se rapprocherait même de groupes comme Baroness voire Mastodon (sur "Invisible in swarm"). Cette aventureuse comparaison s'arrête là dès que l'on aborde la rondeur et la chaleur de la basse (encore elle !).
Ce son plus lourd, ce côté plus direct du groupe (des intros plus courtes, des riffs plus hachés, un jeu de batterie plus "sec") tire également près du math-rock avec une paire de contretemps étourdissants ("Sudden craze").

Cette autre facette de Lilium Sova permet de découvrir un visage teinté de noise, d'expérimental, de math-rock empreint de plusieurs genres mais détaché de toute influence marquante. L'oeuvre complète est riche, intelligente, quoiqu'un peu difficile à appréhender si on ne lui offre pas plusieurs chances.

 

Il faut alors savoir sortir de sa petite zone de confort pour y découvrir un groupe qui n'a pas fini de nous causer tout en gardant sa bouche fermée.

photo de Tookie
le 22/04/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019