Lionheart - Built On Struggle

Chronique CD album (35 minutes)

chronique Lionheart - Built On Struggle

Rebelote ! Après un The will to survive on ne peut plus subtil (ceux qui ont tâté la bête pourront corroborer mes propos), voilà qu’arrive Built on struggle (… est ce vraiment nécessaire de vous faire une chronique arrivé à ce point ?... Parce que dans ce cas, comme pour l’album précédent, on raccorde, nom du groupe + nom de l’album + pochette + un coup d’œil sur les titres, et on a généralement tout compris… Allez, si, ça peut être rigolo !). Nous vous proposons donc de participer aujourd’hui à une nouvelle forme de chronique : CHRONIC HERO ! (bah ouais, Activision a décidé de sucrer ses séries musicales, Guitar et Dj Hero… Faut bien qu’on récupère le filon !)

 

1)      Si tu as déjà tout compris rien qu’en lisant l’intro, ou que tu connais le groupe de par son premier album qui t'a donné des courbatures aux cervicales, va directement en (5). Sinon, imaginons que tu apprécies des groupes comme Hatebreed, Madball, Terror et compagnie, va en (3)… Si tu aimes la tendresse, les nounours, mon petit poney magique, le metal tout en exécrant le hardcore, va en (2). Si tu es un internaute égaré suite à une recherche de type « richard lionheart », va en (4).

 

2)      Tu t'es égaré jeune enfant… Mais heureusement pour toi un poney magique vient à ton secours et te transporte loin, très loin, de cet endroit où les coreux de tous poils se font trop nombreux à ton goût… Non mais… Des cheveux courts… Quelle idée saugrenue, pour toi qui arbore une abondante et épaisse chevelure ! Cependant, tu auras peut être eu le temps de remarquer un solo sur les titres « Pure Anger » ou « Brothers Keeper »… Diantre… Te voilà encore plus médusé par cet évènement qui remettra peut être en cause tes principes !

 

3)      Grâce à un jeu de dé habile, tu entres dans une taverne de choix ! Toi qui apprécies ces groupes de hardcore bien virils, ne reniant pas une grosse influence venant du monde du metal, tu devrais aimer la chose ! Cependant il est à noter que malgré le rapprochement avec les groupes suscités, ou plus généralement, bien que Lionheart se rapproche grandement de la scène New Yorkaise, on remarquera que les gaillards sont clairement « vénères quoi ! »… Parce que niveau hargne vocale, on est servi ! Rob nous sert un chant imprégné de colère, accompagnant parfaitement cette violence sonore. En gros, si tu aimes la rage, les voies hargneuses et puissantes alliées à une musique alternant les passages rapides pour soigner tes problèmes de cervicales, avec des moshparts pour faire du bien aux guiboles, tu vas être servi. La bonne offrande de NY Hardcore burné que voilà, avec de bons vieux relents de beatdown des bois… Ca va pitter sec !

 

4)      Si au final, jeune brebis égarée, tu trouves un récit relatant les faits de guerre de cet ancien roi d’Angleterre parti tataner au moyen orient ou dans le Poitou au 12e siècle si je ne m’abuse, cet album pourrait bien en être la Bande Originale, parce que ça a beau être du hardcore, le tout a un petit côté épique qui collerait assurément à ta lecture !

 

5)      Bah, c’est  la même chose, mais en pas pareil en fait ! Donc t’aimeras la chose,  assurément ! Tu pourras alors t’entrainer à scander les paroles et à mosher en préparation des concerts à venir pour fêter la nouvelle offrande !

photo de JiBrest
le 30/03/2011

3 COMMENTAIRES

damhxc

damhxc le 30/03/2011 à 11:39:10

excellente kro

Kurton

Kurton le 30/03/2011 à 16:54:07

Sympa la kro, et bon album.
Du lionheart tout crache qui bute sur cd comme sur scene.

Geoffrey FTBSTRD

Geoffrey FTBSTRD le 31/03/2011 à 09:16:16

La chronique dont vous êtes le héros, héhéhé

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019