Lionheart - The Will To Survive

Chronique CD album (43 minutes)

chronique Lionheart - The Will To Survive

Préambule :Sâchez que l’édition présentée ici regroupe « The Will To Survive », 1er album du groupe, ainsi que l’EP « This Means War »… pas de différences vraiment notables entre les deux, à part la production moins « maouss-costaud » pour l’EP, qui s’explique par des moyens moins conséquents… cela parait évident, qu’on se le dise ! Sur ce, Action !

 

Amis de la subtilité bonsoir !

Vous vous en doutez, à la vue de la pochette, du nom du groupe, ainsi que du titre de l’album, pas besoin de faire un dessin, ça ne va pas faire dans la grande finesse. Nous avons donc bien affaire ici à du bon gros hardcore tough guy, à mi chemin entre le NYHC et autres Hatebreed ou Terror.

 

Comme annoncé dans cette ingénieuse et magnifique introduction, Lionheart, ça tape dans le bon gros hardcore qui tache, avec une forte influence de la scène New-Yorkaise, tout en y ajoutant de la testostérone au le petit déjeuner (comme si il n’y en avait pas assez déjà…). D’ailleurs au niveau distribution de mandales, certains auraient des leçons à prendre de la part de ce groupe… On peut penser notamment à Hatebreed qui perd un peu en saveur avec le temps (non non, ne me faites les gros yeux vilains, je le pense vraiment, n’en déplaise à certains). Tiens en parlants de ces derniers, certains titres de ce The Will To Survive rappellent certains titres de Supremacy auxquels on aurait attribué un tempo accéléré, et une rage démultipliée.

 

Après qu’on se le dise, le style n’est pas calibré pour la finesse, ou autres figures de styles… La recherche musicale s’arrête aux règles du hardcore avec Marcel-Inside : des mosh-parts en veux tu en voilà, une bonne dose de Beatdown pour montrer qu’on a des poils, des parties 2-Step plus qu’entraînantes, le tout accompagné d’une production massive, qui s’adapte excellemment bien à la musique du groupe. A savoir que le son est emprunt à une certaine « crasse » qui est la bienvenue, nous procurant une certaine impression d’urgence et de rage que l’on aurait a fortiori moins ressentie avec une production bien léchée.

Le tout est accompagné par une voix bien amenée, l’effet éraillé des cordes vocales du chanteur collant parfaitement avec le style.

 

 

Après, pas grand-chose à dire, ça tape fort, mais ça tape bien ! Certains feront vite le parallèle avec Hatebreed, assurément, mais attention à ne pas s’y méprendre. J’avoue prendre plus de plaisir à écouter ce disque qu’un Hatebreed… Désolé pour les puristes, mais les goûts et les couleurs… Et pourtant je pense avoir fait preuve d’objectivité de par cette chronique.

Au final, malgré un manque d’originalité certain, si vous voulez vous prendre une torgnole en règle, avec une bonne dose de rage, et un sentiment d’urgence palpable du début jusqu’à la fin de l’album, vous savez ce qui vous reste à faire...

photo de JiBrest
le 07/06/2010

2 COMMENTAIRES

kurton

kurton le 07/06/2010 à 16:16:35

du bon bon bon surtout en live

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 20/03/2015 à 20:43:50

Yeah

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019