S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Madder Mortem - "All Flesh Is Grass"

Madder Mortem - "All Flesh Is Grass"
chronique Madder Mortem - All Flesh Is Grass
9/10 0

écouter "Breaker Of Worlds"

Acheter Madder Mortem All Flesh Is Grass sur Amazon

CD album CD album (47:47)

 

Style musical : 

Dark / Doom avant-gardiste

 

Année : 

2001

 

Tracklist :

1. Breaker Of Worlds
2. To Kill And Kill Again
3. The Cluster Children
4. Ruby Red
5. Head On Pillow
6. Turn The War On
7. 4 Chambers
8. Ten Times Defeat
9. Traitor's Mark

 

Label : 

Century Media

 

Lieu d'enregistrement : 

Studio Underground, Västerås (Suède)
Dans le même style :
Azure Emote - Chronicles of an Aging Mammal

Si Lapinou vous a parlé du cas Waltari dans les groupes injustement mésestimés, je me fais un point d'honneur de ressortir un autre cas somme toute assez similaire : les Norvégiens de Madder Mortem. Bien que le cas de ces derniers sont peut-être plus à plaindre que leurs voisins Finlandais : si Waltari jouit malgré tout d'un succès d'estime artistique, Madder Mortem n'a pas cette chance et ne fait que récolter de misérables miettes hyper-confidentielles. Honnêtement, avez-vous déjà entendu leur nom cité par d'autres jeunes graines de musiciens en réponse à la sempiternelle question des influences ? Personnellement, jamais. Et de toutes les curiosités que j'ai pu balayer, jamais ô grand jamais je n'ai vu le moindre autre groupe essayer de les singer. Jamais copié, jamais égalé donc. Il faut dire que les Norvégiens s'appliquent à livrer une musique toute personnelle qui ne ressemble à aucune autre. Point de fusion à tendance nawakienne comme Waltari à l'horizon certes mais foutrement avant-gardiste dans l'esprit.

 

Si la carrière de Madder Mortem a commencé sur des sphères bien plus conventionnelles avec Mercury en 1999, un premier album dont je vous mets au défi d'en retrouver un exemplaire physique affiché à un prix décent aujourd'hui, qui lorgnait vers du goth atmosphérique à chanteuse typé The Gathering (celui des débuts avec Anneke Van Giersbergen au chant) ou des premiers Tristania, il n'a pas fallu longtemps pour s'en démarquer. Deux ans plus tard, All Flesh Is Grass débarque, rendant leur première carte de visite totalement caduque. Le vrai Madder Mortem pointait le bout de son nez. La véritable carte de visite se pose là. Une galette posant les bases d'une identité solide et unique, même s'il s'avère qu'elle se révèle très différente de ce que le combo proposera par la suite. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, Deadlands, son successeur de 2003, se targue d'une contradiction totalement saugrenue : opérer à un volte-face somme toute radical – un changement quasi-total de line-up n'y étant sans doute pas étranger – tout en affirmant la personnalité mise en place sur cette présente monture de 2001. Bon, après, il suffit de se plonger dans la carrière du groupe pour relativiser. Il ne s'agit là que de la première facétie qu'ils nous ont présenté. La première parmi tant d'autres. Car à l'image de leur musique, Madder Mortem a été, est encore et restera sans nul doute imprévisible. Bande de fous !

 

« Breaker Of Worlds », le titre d'ouverture, donne tout de suite le ton. Coup de pied à l'estomac à la sauce No Future apocalyptique. Une ambiance pesante, écrasante même, une voix féminine d'apparence fadasse de par un timbre plus grave et par conséquent très éloigné des standards du goth/sympho à chanteuse et pourtant techniquement maîtrisée avec un certain brio dès lors que l'on s'y focalise, une succession de breaks totalement incongrus laissant place à une évolution d'une énergie épique vertigineuse typée montagnes russes... Pas de doutes, Madder Mortem s'amuse de nous en se la jouant tordu. Une singularité de prime abord déroutante puis géniale une fois digérée. Déroutant par ses manières très solennelles, à des années lumières du second degré délirant nawakien, donnant presque l'impression que le groupe lorgne son auditorat avec une insolente condescendance. Géniale car une fois toute cette mixture fortement alambiquée qui ne ressemble à rien de connu encaissée, on se prend à apprécier ces breaks, ces rythmiques polymorphes lorgnant parfois presque vers ceux que l'on retrouverait dans le jazz, cette alternance (voire superposition) entre mélodies vocales et dissonances de la musique, tout particulièrement des cordes... C'est bien simple : plus les Norvégiens tendent à nous perdre dans nos repères, à jouer avec les contrastes, souvent exagérément, parfois même avec une théâtralité presque excessive, plus l'intensité est forte et marquante. Il suffit d'entendre les montées en puissance opérées dans un « Breaker Of Worlds » (ce dernier refrain vocalement doublé, juste épique !), l'emballement martial de la machine en plein cœur de « Turn The War On » pour mieux décroître inopinément et brusquement tel un freinage d'urgence, le refrain hyper catchy à la limite de l'accessible de « Ten Times Defeat » intervenant entre des couplets aux plans rythmiques saccadés très jazzy pour comprendre là où le combo veut en venir. Jouer sur les contradictions musicales au sein d'une même pièce et ainsi noyer le poisson afin de marquer d'autant plus l'auditeur sur l'élément qu'il souhaite mettre en avant tellement celui-ci se détache du lot. Une approche très progressive dans sa forme la plus théorique. « Traitor's Mark » qui ferme les hostilités ne fait que confirmer en apothéose cette étiquette à poser toutefois avec beaucoup de précautions tant elle se révèle réductrice : un final dantesque et théâtral, tant sur son côté épique que visuel qui mérite à lui seul que l'on se penche sur le cas d'All Flesh Is Grass.

 

Car cette monture de 2001 pose toutes les fondations du style Madder Mortem, même si le côté très doom de celle-ci sera par la suite mis plus en retrait, voire totalement évincé. Des éléments, procédés techniques qui font pleinement partie de l'identité singulière des Norvégiens et que l'on retrouvera à plus ou moins grande échelle dans la suite de leur discographie. Malgré tout, All Flesh Is Grass s'en détache un peu par son côté juvénile. Même si les bougres font déjà preuve d'une étonnante maîtrise et habileté, il n'en demeure pas moins qu'elle est vomie ici sous sa forme la plus fondamentale avec la fougue ardente de jeunes loups talentueux qui cherchent encore à la canaliser. Ce qui sera fait avec Deadlands deux ans plus tard, puis avec le génial Desiderata en 2006 qui enfoncera d'autant plus le clou avec maestria. Malgré tout, même si ce côté adolescent pourrait le desservir tant All Flesh Is Grass passe du coq à l'âne abruptement et peut parfois se révéler difficile à suivre, il y a quelque chose en lui de touchant. Un petit truc inexplicable qui fait qu'on l'affectionne, peut-être même davantage que d'autres offrandes pourtant plus matures et abouties. Peut-être que le recul et le poids des années n'y sont pas étrangers.

photo de Margoth
le 12/03/2017

Commentaires

cglaume

cglaume le 12/03/2017 à 06:55:34

Jamais trempé ma truffe dans la sauce MM. 'faut dire "Dark / Doom" ça fait peur ^^. Mais en effet le morceau en écoute dégage qqchose... Je suis sûr que Xuxu connait ça sur le bout des doigts...

Xuaterc

Xuaterc le 12/03/2017 à 09:56:34

Ben, en fait non, j'ai lu leur nom au moins un millier de fois, mais l'étiquette "Atmospheric Doom Metal" à chanteuse de Metal Archive m'a refroidi. Mais je vais jeter une oreille sur ce All Flesh Is Grass si bien vendu.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

New Bomb Turks à Paris le 10 juillet 2017 : 2x2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Unleashing The Beast - Jusqu'aux dernières heures

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017NEW BOMB TURKS + HARASSMENT au Petit Bain à Paris le 10 juillet 2017RIIP Fest #3 à l'espace Gentiana à Tours les 7 et 8 juillet 2017