Man Must Die - No Tolerance For Imperfection

Chronique CD album (50:21)

chronique Man Must Die - No Tolerance For Imperfection
Man Must Die nous a fait patienter deux ans avant de donner suite a « Human Condition », sorti donc en 2007. Il est vrai qu'à l'époque les écossais nous avaient un peu laissé sur notre faim... L'album était bon mais sans plus, évoluant dans un Technical Death metal assez standard qui ne faisait pas moultes étincelles... Mais cette année MMD revient en force avec un nouveau batteur dans ses rangs : Matt Holland, un ex-Madman Is Absolute.

Je penses d'ailleur que ce changement de line-up leur a donné le coup de pied au cul dont ils avaient besoin ! Le niveau global s'est carrément élevé sur ce « No Tolerance for Imperfection » , et pourtant ce n'étaient déjà pas des quiches avant... Le jeu du batteur est vraiment ce qui frappe en premier (au sens propre comme au figuré) : ce mec est véritablement épileptique, pourtant en ce moment ce n'est pas ce qui manque mais lorsqu'on entend celui-là, je vous garantis que l'on oublie vite les autres !
Une rythmique en béton comme celle-ci a décuplé le champ d'action du combo. Et je peux vous dire que les gaillards en profitent et nous offre des structures démentielles avec des plans à la fois ultra-techniques, rapides, denses en y incorporant des mélodies inspirées et en parfaite cohésion avec la brutalité ambiante. Le titre « Kill it, Skin it, Wear it » illustre parfaitement ce que je vient de dire.
Tout cela relève donc d'un jeu de gratte également monstrueux ! A la fois brutal et mélodique, on pense rapidement à The Black Dahlia Murder... Les riffs lourds et entrainants ont des relents de Kataklysm, on peut d'ailleurs assez aisément rapprocher ces deux groupes par plusieurs aspects (leur groove et un sens de la mélodie souvent assez proche notamment). C'est d'autant plus flagrant sur des titres comme l'écrasant « It Comes In Threes » et le mélodique « Survival of the Sickest » qui sont les plus mid-tempo de l'album.

Sur certaines envolée de blasts et de brutalité on frôle le grindcore. Plus généralement le Hardcore n'est jamais très loin, on le sent surtout avec le chanteur et ses hurlements puissants aux racines "core", dans un style proche de Misery Index et Kataklysm (encore une fois). Man Must Die a même pensé au petit interlude plus posé « What I Cant Take Back », presque balade, qui ma foi est le bienvenu ici !

Bien entendu il y aura toujours des détracteurs pour dire qu'on a encore affaire à une prod' lisse et sans intérêt, que ce groupe ne sort pas du lot et qu'on ne retient au final rien de ce CD... Si certains trouvent encore le moyen de dire ça avec cette nouvelle bombe de MMD, je ne sais vraiment pas ce qui leur faut !

« No Tolerance for Imperfection » est donc un nom qui illustre parfaitement l'état d'esprit du groupe sur cet opus ! Je pense que tout bon Death metalleux peut trouver son compte sur cet album : une technique pointue, des mélodies presque envoutantes, une brutalité et une rapidité exemplaire ainsi qu'un touche Hardcore juste assez subtile pour correspondre parfaitement à l'air du temps. Une des très grosses sorties de Death moderne cette année (en plus je trouve la pochette bien alléchante !) !
photo de Domain-of-death
le 14/09/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021