Märvel - Guilty Pleasures

Märvel - "Guilty Pleasures"
chronique Märvel - Guilty Pleasures

Le trio de musiciens masqués revient après un At the Sunshine Factory (2017), justement un poil trop ensoleillé et poppy à mon goût. Et ça tombe bien ils plaident coupables avec cet album de reprises.

 

Pour moi une bonne reprise, c'est celle qui en étant assez respectueuse de l'originelle montre que le groupe se l'est appropriée. Et ici le contrat est amplement réussi. Enfin tout du moins sur les titres que je connaissais avant, ce qui n'empêche pas l'album d'être ultra efficace.

 

Le nom de l'album provient surtout du fait que nos trois Suédois ont décidé des reprendre des chansons qu'ils aiment qui sont souvent des tubes, parfois carrément des trucs grand public.

 

Toutefois ils arrivent aussi à être originaux, quitte à reprendre du Kiss ils ne font pas un énième « Love Gun », « Rock and roll all nite » ou « Detroit Rock City »... non, non, ils vont chercher un titre de Sonic Boom, chanté par Eric Singer, de surcroît, avec « All for the Glory », dans une version bien pêchue sur laquelle on a un clavier discret (à moins que ça ne soit carrément un xylophone). REO Speedwagon pratique un rock que l'on aurait qualifié de hard FM dans les années 80, la version de « Keep pushin' » est mélodique, rapide et pêchue. Je ne connais pas du tout Secret Service et la reprise de leur « Ten O'Clock Postman » se situe entre un rock enjoué et une pop énergique. Par contre je connais bien le « Powertrip » de Monster Magnet et ici Märvel en a une lecture plus rock avec ce piano sur le pont et sa basse bien présente mais une fois de plus l'énergie est là. Malgré son intro calme « Girl goodbye » de Toto devient ici rapide et dynamique, tout en restant mélodique. Et la version de « Sultans of Swing » est plus rapide et pêchue celle de Dire Straits. « El Camino Real » est un classique du rock'n'roll de Lee Dresser repris dans une version pleine d'énergie. «  Can't Shake Loose » est peut-être le tube rock'n'roll de l'album avec son piano honky tonk, le plus étonnant c'est que c'est un morceau d' Agnetha Fältskog à la base. De qui ? Agnetha Fältskog, l'un des A d'ABBA ! Il est vrai que la chanson a été écrite pas Russ Ballard. « Burning love » a un petit côté rockabilly, normal, c'est un titre d'Elvis Presley. « Rock & Roll, Hoochie Koo » (Rick Derringer) termine le disque en beauté avec un mid tempo sautillant et gras, sur lequel les 2 filles de Honeymoon Disease (des collègues de label) interviennent aux chœurs.

 

Si Märvel est coupable c'est de proposer un excellent album de reprises, le trio fait siennes les chansons des autres sans les dénaturer et pour qui aime le rock énergique, c'est un plaisir absolu et même pas coupable. Et celles et ceux qui en voudraient plus, on retrouve le groupe sur la compilation hommage à The Hellacopters, Payin' our dues avec « The devil stole the beat from the lord ».

 

Guilty Pleasures est disponible en CD et vinyle (violet ou noir).

photo de Papy Cyril
le 15/04/2019

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 15/04/2019 à 12:30:19

Sympa la reprise de Dire Straits ! Ça donnerait presque envie d'en entendre une version hyper burnée, tiens, transformée par The Crown par exemple !

Xuaterc

Xuaterc le 15/04/2019 à 15:29:02

Sultans of fucking SwingSwingSwing

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements