Memories of a dead man - Beyond the legend

Chronique CD album (60 minutes)

chronique Memories of a dead man - Beyond the legend
Avec son ep éponyme sorti en 2008, Memories of a dead man avait bousculé quelques oreilles chez les amoureux de post-hardcore. Le groupe ratissait large grâce à sa forte empreinte métal et un chant clair qui adoucissait un ensemble agressif.

La version 2009 est assez proche, mais elle s'exprime cette fois sur 12 titres avec un aspect marquant : le son.
Le cd à peine lancé, la différence est frappante : la batterie a gagné en puissance, l'ensemble est propre pour un résultat massif, proche de ce que le métal moderne fait de mieux. Résultat, avec de telles qualités, on ne peut pas excuser des ratés par l’absence d’une bonne production.
Cette question étant rapidement mise à l'écart, on peut se concentrer sur la musique. La recette qui avait si bien fonctionné sur l'ep est ici reprise, sans réelle innovation.
On a à faire à un chant qui tire dans l'outre-tombe pour l'aspect post-hardcore, rappelant incontestablement les plus grands de la scène à commencer par les inévitables Cult of Luna. Mais c'était sans compter sur les (trop) nombreux passages où le chant clair (assuré par le batteur) prend à son compte un gros tiers de la question.
Un procédé un peu énervant car trop souvent répété, et finalement, peu passionnant. Constat sévère mais, force est de constater que le meilleur titre de cet album est "The angel print" marqué par l'absence total de ce chant.

Lorsque sur "U turn" on découvre un ensemble agressif, on serait presque déçu voire agacé d'entendre le chant clair au milieu de tout ça. Le pire est que MOADM poursuit ainsi sur chaque titre. Bien que ce soit propre, que les compositions ne soient jamais formées de la même manière, on risque de s'en lasser rapidement. La chanson "Strapped in" s'en trouve même gâchée sur quelques secondes, alors qu'elle est une des plus efficaces.
Un aspect donc d'autant plus décevant que "Draw my faith", morceau d'une grande qualité, symbolise une fois de plus cette faute de goût. Alors que les guitares suffisaient à alléger le titre et auraient à elles seules matérialisées une ambiance, le refrain clair est repris...

Mais cette question de sensibilité vocale ne retire en rien les réussites instrumentales marquées par des passages inspirés, avec par exemple l'introduction et le final d'Acted Out (titre sur laquelle nous noterons la présence de trois backing vocals : Pierre de Revive, Nico de The Arrs et Natha de Lokurah).
On ne boudera pas non plus notre plaisir de profiter des lignes de basse, notamment sur "Hope is where you are" ou "The legend". Ce signe est vraiment le signe d'une production parfaite tant l'ensemble se veut lourd et puissant.

Cependant 12 titres relativement homogènes ne permettent pas de retirer une perle. Le résultat compact de ce Beyond the Legend en fait, certes une œuvre travaillée, mais peu marquante. Le passage sur la longue durée a raison de l'intérêt de la complémentarité vocale, gâchant un album qui aurait pu recueillir de meilleures faveurs.
Une semi déception car derrière cela se cachent 60 minutes musicalement intéressantes qui ne sont pas à ne pas négliger complètement.
photo de Tookie
le 31/08/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements