Mhönos - Humiliati

Mhönos - "Humiliati"
chronique Mhönos - Humiliati

Voilà un disque parfaitement désigné pour ceux qui désirent plonger dans une ambiance rituelle. La scène de Rouen a toujours su faire preuve de créativité musicalement : Ataraxie, Fatum Elysum, Yuck, Devil's bride, Funeralium, Prön Flavurdick, et bien d'autres encore... Sans compter la finesse de goût d'avoir organisé le Rotomagus festival, un festival dont le line up a été particulièrement bien cerné dans le genre. Nul doute que les derniers venus, Mhönos, avaient attiré mon attention la dernière fois que je les avais (pourtant brièvement) vus en concert.

 

Cet album n'est ni plus ni moins qu'un aboutissement en lui-même, une réussite en terme d'objectif, c'est à dire de poser une ambiante lourde et oppressante, malsaine et liturgique. On y dénote l'influence de Burzum et donc par là une certaine accointance avec le Black metal, notamment dans le morceau "Mortificare". Pour le reste, on pourrait tenter de parler de drone, de Doom, mais il n'est guère évident de faire un rapprochement honnête avec Sunn o))) ou Asva, tant la direction artistique de ces derniers me semble différente. Et il est difficile de trouver de nos jours un groupe proférant de la musique un tant soit peu rituelle... Je pourrais tout de même citer Bong, mais cela ne suffirait pas.

 

Les longues incantations sont en latin, et il me semble déceler là dedans le mot "Agartha", et ce n'est pas pour me déplaire. Si les disciples de Sunn o))) avaient déjà dédié dans leur album Monolith and Dimensions un morceau à la terre creuse qu'est l'Agartha, rares sont les groupes qui semblent aborder le sujet plus profondément. L'Agartha, c'est la terre en dessous de la terre. Imaginez que notre planète soit creuse et que des créatures vivent à l'intérieur. L'enfer ? Les chrétiens anti Hellfest seront les premiers à vouloir vous en convaincre. En réalité il s'agirait plutôt d'être venus du fond de l'espace (de Vénus ?), une synarchie d'extra-terrestres venus là il y a bien longtemps et qui régissent les grands tournants de notre histoire à travers des "élus", êtres qui seraient débordés par une mission dont l'ambition dépasse leur condition humaine.

 

Je ne voudrais pas trop m'attarder sur le sujet même si je pense que cela pourrait en intéresser plus d'un, ainsi je retourne à ce Humiliati. Les tambours résonnent dans l'obscurité, les chœurs se lamentent, parfois proches et nauséabonds, parfois lointains et indicibles... Le mystère semble épaissi de coups de théâtres interpellant l'ataraxie dans laquelle on était plongé depuis une dizaine de minutes. Comment ? Ce disque ne dort donc pas ! Et effectivement, l'intrigue pousse toujours plus loin son chef, ce qui rend l'écoute intense : faire un rituel dans le noir ne signifie pas la monotonie, il y a là une introspection permanente.

 

Mhönos met les pieds sous terre, et le fait bien. La scène Rouennaise a encore de beaux jours devant elle, et on ne lui souhaite qu'une seule chose : qu'elle s'exporte. Le glas de ce Humiliati se doit de résonner dans beaucoup de clochers, son intensité se doit de réveiller les adeptes de la noire musique. Amen.

 

 

Achat ou pas achat ? Achat.

photo de Carcinos
le 14/06/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements