Misery Index - Rituals Of Power

Misery Index - "Rituals Of Power"
chronique Misery Index - Rituals Of Power

The Killings Gods, il y a déjà 5 ans, souffrait d'un déséquilibre entre sa première partie bien pénible et la seconde pas trop mal gaulée. Tout cela m'avait vite gonflé et m'avait fait jeté rapidos le truc à la poubelle.

Pourtant le côté mélodique ayant provoqué mes ricanements, à l'époque, changeait la sempiternelle recette bourrine du combo, en l'édulcorant certes.

 

Rituals Of Power commence tout debout sur cet aspect mignonnet.

Logique diront les fans des premiers albums : Misery Index, c'est devenu guimauve & fraises Tagada . Si ceux-ci n'ont pas encore tiré un trait sur les aspects grind du combo, il est grand temps maintenant. Même s'il demeure quelques fugaces restes ("Naysayer").

Hors donc, "Universal Untruths" (car le skeud cause la vérité quoi) prend son temps et fait sa fille se préparant à sortir, malgré sa courte durée. Seule la batterie postillonne derrière, pour mieux lancer la grosse poutrasse constituée par "Decline And Fall". On mouille le maillot comme sur le dernier The Crown avec un surplus de chicots en plus. Le solo amène une touche thrash pas crado également. Seul point négatif : la durée de la plage.

Ainsi, ses soli, parfois un peu pompette (sur "The Choir Invisible"), qui ménagent aussi quelques méchantes réminiscences du passé, glissent parfaitement comme un pet sur un mer d'huile.

 

Avec "New Salem", on se prend au jeu. Oubliant le passé en nous tournant vers une prod moderne un peu polysphophatée mais s'accordant parfaitement avec l'évolution de la horde.

Car elle tabasse toujours.

Le batteur demeurant un grand malade rafalant vot' pov' ptite tronche en mode inquisiteur. Le titre ravage tout.

Même si de grosses ficelles de string sont utilisées sur le chant (comprendre une O.D. de chœurs bourrins de Coreux), on sourit de se laisser séduire par tant de racolage.

"Hammering The Nails" décroche la palme du Pupute Style avec son gros méchant HxC metal : la tronçonneuse brille, bien astiquée, mais son pouvoir de destruction demeure impressionnant, boxant Terror dans son coin.

 

De la muzikabagarre avec des mots parfaitement rodés en mode politique en plus. Ou sociaux plutôt.

Rapide morceau choisi du titre "New Salem" pour bien piger le propos :

In a pacified endemic state, it's another echo-chamber slave

Addicted to extremes of ideologies

Where left and right amalgamate and hang us from their tallest trees

 

Ah ben oui c'est autre chose que Brian fuck in the kitchen de suite.

 

Pas trop démonstratif au jeu du Mets moi ton gros Mélo, "They Always Come Back" se conjugue en thrash crossover, nous dégageant bien la nuque à la serpette.

Ramassant son propos sur 9 morceaux (11 pour la version digipak qui comporte une reprise de Nailbomb et une autre de M.O.D.), Misery Index joue le tabassage en terminant par deux beaux morceaux de pogrom balancés par le fils de Bruce Lee, JCVD et Hulk Hogan.

 

Rituals Of Power  est un peu comme Pamela Anderson dans les 90's. Le maillot rouge est très voyant et échancré mais on plonge tout de même, avec plaisir, dans le décolleté.

Sauf, que Pam est championne de Krav Maga là... et ça fait toute la différence.

photo de Crom-Cruach
le 01/03/2019

6 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 01/03/2019 à 11:42:32

Bon il va falloir que je l'écoute celui-là :D

kials

kials le 02/03/2019 à 19:09:13

plutôt moyen. A s'endormir tellement c'est mou et convenu...

Tookie

Tookie le 02/03/2019 à 21:34:31

Je le trouve efficace, solide : du Misery Index qui montre les muscles. Mais en effet, c'est très convenu. (Courageusement, je suis un peu de l'avis de tout le monde quoi)...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 04/03/2019 à 21:06:59

Vous êtes des baltringues.

Niktareum

Niktareum le 09/03/2019 à 20:14:13

Mouais... un album qui donne surtout envie de ressortir "Retaliate"...

Dams

Dams le 10/03/2019 à 20:42:17

Effectivement, je viens de ressortir "Retaliate"...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019