Mr. Protector - Gumbo

Chronique Vinyle 12" (36:59)

chronique Mr. Protector - Gumbo

Après un Pétrole prometteur, les Mr. protector ont remis le couvert en début d'année 2013 avec Gumbo, toujours chez l'excellent label A tant rêver du Roi.

 

Le rock est toujours aussi vivant à Jarnac (patrie des Café Flesh également, entre autres), et le trio se bonifie avec le temps. Car si Pétrole était intéressant mais pas dénué de défauts, il faut bien avouer que cette cuvée 2013 casse la baraque !

Le groupe aime autant jouer avec les styles qu'avec les langues (anglais / allemand), sur un disque résolument noise mais partant dans plusieurs directions : rock, hardcore, que de bons ingrédients présents, pour une très bonne recette.

 

Et la première chose qui nous met une claque, c'est le son. Quel son ! Il est parfaitement maitrisé, et les guitares gagnent la bataille haut la main ; elles sont omniprésentes alors que la saturation est minime, mais les sonorités des riffs agrémentées d'effets jamais trop poussés donnent un résultat parfait.

 

Le vinyle est bien utilisé ici car la face A se termine sur un "Das felsen von Carlong" tout en longueur, les riffs sont répétés à l'envie mais je n'aime pas trop le ton de la voix pris par le chanteur ; ce n'est pas forcément gênant car ce titre est avant tout instrumental. Et le final cartonne.

Puis lorsque l'on passe à la face B, on repart avec le titre le plus groovy de l'album, "Grabstein", qui me fait remuer la tête comme pas possible surtout lors des passages où ça démarre avec la cloche à vache. C'est rock n'roll à souhait, et même si l'allemand est toujours aussi inintéressant pour les mélodies, on en fait totalement abstraction.

Par contre, le dernier titre de la Face B, "Don Benito", me laisse nettement plus indifférent ; ça rentre dedans, c'est bien énervé, mais ça me laisse de marbre. On est trop dans le classique ici, et les riffs accrocheurs tout le long de l'album ne sont pas présents sur cette piste. Dommage.

Mais avant cela, on aura eu sufisamment de moments épiques pour se laisser entrainer dans ce Gumbo, que ce soit sur "Zeit und Raum" où l'on secoue la tête encore et toujours, "Skinny in the universe" où on braille comme des veaux avec les voix du refrain, "Mirror" où on s'essaie aux vocalises, c'est du tout bon.

 

Pour finir, l'artwork est magnifique, et le vinyle tout de vert transparent. Alors, vous savez ce qu'il vous reste à faire ?

photo de Pidji
le 09/05/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements