Mustasch - Silent Killer

Mustasch - "Silent Killer"
chronique Mustasch - Silent Killer

Mustasch, voilà un patronyme qui en fera sourire plus d'un, à n'en point douter. Enfin bon, ce n'est pas mieux – ou pire, au choix – de s'appeler Pneu ou Tendinite, vous me direz... En tout cas, même si le quatuor suédois a presque 20 ans d'existence, on ne peut pas dire qu'on en ait beaucoup entendu parler dans nos latitudes. C'est dire, ils n'auraient pas été à l'affiche du Motocultor 2013, nul doute que je serai restée dans l'ignorance. Et cela aurait été bien dommage : à mi-chemin entre hard rock et stoner, la pilosité sous-nasale envoie plutôt bien son délire bien rock'n roll. Sans forcément en faire des tonnes, mais solidement, avec sa bonne part de refrains fédérateurs qui ne peuvent que ravir une fosse semi-alcoolisée en festival. Ainsi qu'en fond sonore estival d'apéros/barbecues entre potes, façon Tom Selleck. Parce que même s'il est devenu aujourd'hui un vieux croulant, sa moustache de Magnum est badasse, à l'image des albums sortis par les Suédois.

 

Enfin, si on excepte Testosterone sorti en 2015. Pas moche, moche non plus mais surtout affreusement mal nommé. Parce que de moustache, cet avant-dernier effort fait davantage penser à celle de Matt Stone dans Capitaine Orgazmo. « Hey, I don't wanna sound like a queer or nothin', but... »... Mais c'était un peu mou du genou tout ça quoi... N'oublions pas qu'on a toujours davantage placé Mustasch dans les guêtres de Motörhead, pas dans celles, plus lavettes, de « Still Loving You » de Scorpions. Bon, j'exagère un peu mais Testosterone se pose comme son opus le plus doucereux et consensuel et aussi bien écrit était-il, nul doute qu'il a dû perdre son public le plus viril.

 

Qu'à cela ne tienne, Mustasch a bien dû s'en rendre compte et nous balance un Silent Killer autrement plus vénère. Fini les arrangements pop léchés, Tom Selleck revient en bisouillant tendrement ses biceps saillants, les poils sous-nasaux chatouillant irrésistiblement les tendons. C'est dire : « Winners » fait une entrée tellement tonitruante après une courte intro qu'elle en viendrait presque faire les yeux doux à Chuck Norris. C'est rapide, ça a même gagné en lourdeur, on plonge vaguement dans le heavy metal (ce cri d'intro très Judas Priest) un peu thrashouillant (certaines consonances de voix à la James Hetfield y jouent beaucoup). Entrée en matière qui ne trouvera pas trop d'autres égaux en terme d'agressivité sur la suite du disque mais il faut admettre que le reste est très loin également de donner dans la niaiserie. Les titres s'enchaînent tambour battant et en une trentaine de minutes, et c'est bouclé. Mais avec effervescence, avec du refrain qui tue (« Barrage », « Silent Killer », « Grave Digger »), du riff bien gras (« Grave Digger », « Burn »). Même quand ça part dans du mid-tempo plus léger, ça le fait toujours dans la festivité et bonne humeur (« Fire » en duo avec Hank Von Helvete de Turbonegro, « Lawbreaker »). Et que c'est tellement taillé pour la scène Silent Killer pourrait d'ailleurs être joué dans son intégralité tel quel sur les planches que ça n'en serait pas dérangeant du tout – que tout se grave illico dans le cervelet dès la première écoute. Et que ça ferait un super fond sonore pour une réunion motarde entre deux ronronnements de Harleys.

 

Bref, Mustasch nous revient avec un Silent Killer des plus convaincants qui ira réconcilier son public le plus brutasse qui avait décroché sur Testosterone. Il garde cette même ligne de mire entre hard rock et stoner, très 'n roll mais avec une dimension, cette fois, autrement plus heavy. Direct, hyper concis et sans chichis, Silent Killer sent bon la transpiration sous les poils, les casquettes en cuir cloutées et l'huile de vidange. De quoi bien meubler les activités en plein air sous la moiteur estivale.

photo de Margoth
le 14/08/2018

7 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 14/08/2018 à 09:36:56

C'est marrant d'habitude Papy il finit plutôt ses chros part:

"Silent Killer" est dispo en vinyle noir, vert ou orange...

:D

Mr Blague

Mr Blague le 14/08/2018 à 19:55:58

Désolé mais je trouve ça un peu rasoir !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 14/08/2018 à 22:24:08

Pourtant ça paraît au poil.

cglaume

cglaume le 15/08/2018 à 04:40:35

Insistez un peu, sinon c'est un grand album qui va vous passer sous le nez.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 15/08/2018 à 17:42:16

Avec un chant badass, j'applaudirais des deux noisettes...

Mr Blague

Mr Blague le 16/08/2018 à 15:23:06

En effet ça tomberait à bic !

sepulturastaman

sepulturastaman le 16/08/2018 à 17:54:37

Un magnifique point roucas pour Mr Blague, félicitation.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements