Mutoid Man - War Moans

Mutoid Man - "War Moans"
chronique Mutoid Man - War Moans

Nous serions 15 ans en arrière, je dirais que ce War Moans est l’album de la maturité. On l’a tous dit, on l’a tous entendu, on l’a tous justifié. Mais nous sommes dorénavant en 2017, et la tradition du troisième album comme album de la maturité est passée de mode (oui je sais: leur première sortie était un EP, ce qui de toute façon ne change rien à la maturité de cet album ; puis l’équation avec Mutoid man est simple : trois plaques, trois bombes), alors qu’est-ce qu’il nous reste ? On est toujours beau mais en plus vieux, enfin pour vous, moi j’ai toujours été un vieux con, y a bien que là-dessus que j’avais de l‘avance.

 

Bref revenons à nos tortues, même si sur l’artwork il n’y a plus de ces sales bestioles (je trouve cet animal particulièrement déplaisant à regarder, et comme je ne mange pas de viande cela renforce mon inconsidération pour cet animal). D’ailleurs l’artwork est franchement pas terrible, pour rester poli.

Alors j’ai évoqué ma vie, ma foi fort inintéressante (comme la vôtre) ; la pochette étant également fort inintéressante, il ne reste plus qu’une bafouille sur la musique fort intéressante elle !

 

Et l’avantage du troisième album, c’est qu’on peut commencer à le comparer aux autres et à le commenter (de toute façon ce sont deux choses stupides à faire, mais ça passe le temps). Et ce qu’il y a de bien avec ce War Moans, c’est qu’on reconnaît tout de suite la patte Mutoid Man.

Cette patte rockin' hardcore de luxe s'est vue agrémentée d’une forte dose rampante version Kylesa en mode Girl Power, sauf que là Laura chante juste… Ne me dites pas que vous n’y avez pas pensé en écoutant le titre "War Moans" ou "Bandage", auquel Chelsea Wolfe donne un côté éthéré. Et sur la fin d’album, le fond musical reste du Mutoid Man, mais avec un enrobage très Savannah. Ce côté rampant mais un peu crapulo-vaporeux est aussi présent sur "Wreck and Survive", quand la voix de Stephen Brodski se fait légère, embrumée et doublée une nouvelle fois par Chelsea Wolfe. Ajoutez à ça des synthés pour le coté ~wave~, et vous avez des morceaux tellement à part dans la discographie de Mutoid Man qu’ils se fondent parfaitement dedans.

Si on remarque ce fait surtout en "fin" de disque, il est pourtant présent dès l’ouverture (léger mais bel est bien là), mais au début c’est juste (enfin un "juste" d’excellente qualité) du Mutoid Man : c’est à dire un chanteur qui pète la classe et ça seulement au bout de 90 secondes, un batteur (Nous sommes sur COREandCO, je ne vais pas vous faire l’affront d’encenser Mister Ben Koller, pour ça voyez les kro de Converge) et une basse mise en avant qui en laisse partout où elle rebondit, et il est là le principal atout de ce disque: cette basse qui amène un côté easy listening. Lors de mes premières écoutes je trouvais ce disque très "poppy fm" (j’ai pas trouvé de terme francophone pour définir une musique plus pop et facile d’accès en restant coolos), et finalement il ne l’est pas tant que ça. Les morceaux urgents, ceux de moins de trois minutes, restent sur des constructions très très rock’n’roll trempées au punk-hardcore, ou l’inverse plutôt. Ça ne moshe jamais vraiment, mais les breaks sont bien trop virulents pour du simple rock, et certains passages à la batterie sont typiquement hardcore. Les riff de guitares sont rarement rock eux non plus, et versent dans le metal ; bref si j’ai mis rockin' hardcore c’est peut être pas pour rien, par contre le chanteur calme le jeu en étant rock’n’roll en mode coolos de l’enfer, et c’est lui qui amène ce côté facile.

Je vais rajouter un truc : le tube « Irons in the fire », c'est du Mutoid Man pur souche qui coupe le disque en deux : avant c’est urgent et foufou, après c’est shoegaze pour de rire.

 

Achat ou pas achat : on achète toujours les disques du top 10 !

 

photo de Sepulturastaman
le 02/06/2017

6 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 02/06/2017 à 09:17:16

Après les premières écoutes j'étais un peu décontenancé ; mais finalement, il est vraiment très bon ce disque. Par contre, au jeu des comparaisons, je lui préfère tout de même le précédent !!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 02/06/2017 à 12:27:19

Le titre en écoute, au contraire de la chro, ne me donne pas super envie de creuser le bouzin...

sepulturastaman

sepulturastaman le 02/06/2017 à 19:14:18

Chromy prends le comme tu veux mais : c'est pas pour toi Mutoid Man, je ne suis pas étonné que tu sois dubitatif.

C'est un disque qui demande un temps d'adaptabilité,il est sacrément moins immédiat et fun que Bleeder, mais il est super agréable une fois ce pré-requis accepté.

Tookie

Tookie le 01/02/2018 à 13:04:30

C'est carrément ça Sep' !
J'ai mis du temps à m'y mettre. Après 2-3 écoutes j'étais pas trés emballé, mais un jour, je ne sais pas pourquoi, ça m'a sauté à la gueule et ça doit bien faire 15 jours que je l'ai dans la tête...

Tookie

Tookie le 01/02/2018 à 13:28:52

Ha et j'oubliais : j'adore la pochette ! Avec des traits qui me rappellent un peu du Schiele, l'illustration met en image plusieurs morceaux (Kiss of death / date with the devil / War moans / Open flame et Irons in the fire pour le fond orangé ?), j'trouve ça fort !

pidji

pidji le 01/02/2018 à 14:35:51

bin moi j'ai toujours plus de mal que le précédent, snif.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019
  • BRUTUS au Point Ephémère à Paris le 29 avril 2019
  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...