Naute - Clutch A Straw

Chronique CD album (37:34)

chronique Naute - Clutch A Straw

Dès les confins du vide le problème s'est posé. Enfin, mon problème. Je me déçois moi-même. Je me place haut des espoirs en n'écoutant que quelques notes. J'imagine déjà. Constructions mentales fragiles. Ah le pouvoir de l'esprit ! Fût-il petit et rabougri comme le mien !

Mais pourtant c'était moite, c'était froid, c'était sombre. Je la sentais bien à l'australienne, la menace dans le bush le soir. Ce côté tendu, tu sais ?

Mais le thème s'écrase déjà sans que ça ne décolle. Mon problème se répète encore et encore de morceaux en morceaux.

Je vois bien ! Je vois ! Poser une ambiance, mortifère, plus ou moins selon l'instant, faire tourner les riffs, encore et encore, chercher l'ébriété.

Du Blues Hardcore, quoi. Instrumental !

Un truc qui traîne savates avec un sale côté grognon, mais ça serait bien que ce soit une vraie teigne, en fait, qu'il te colle une baffe ! PAF ! Quand tu t'y attendais le moins.

 

Mais agrippe une paille ! Du speeeeeed, putain !

Pourtant je sens bien le batteur travailler la dynamique, il essaie de faire monter le jus dans le poireau, même si un peu de sang vient avec, allez, faut qu'ça vienne !

 

C'est peut-être un problème de débit. Ou de compo, tout simplement. Je trouve que ça ne décolle pas, jamais.

 

Rien à avoir avec le Blues rampant, mais tiens, ils m'ont rappelé 31 Knots à mon souvenir, quand ils tentent la mélodie simple et bancale, répétitive aussi. Vers les 2 minutes de ''Aiguiller le temps'', par exemple. Mais là, pareil, y'a comme un souci de compo, non ? Faudrait que la mélodie soit forte. La répétition peut parfois, c'est vrai, créer une autre forme sortant de la pré-existante sans que rien n'ait pourtant bougé d'un iota, la juste puissance de la répétition malade qui se nourrit d'elle-même pour se recracher en jumelle par sa propre bouche retournée comme un gant, tu sais plus qui est quoi, tu vois ?

(Laisse tomber.)

Ben voilà : non, ça marche pas.

 

AGRIPPE UNE PAILLE !!!

 

J'y ai cru, quelque fois, « aaaaaaaahhhh, ça y'est ça vient, ouiiiii, c'est là qu'il faut que ça pète, là, ICI, MAINTENANT, FAIS-MOI JOUIR BORDEL !!! »

Eh non.

Salopards !

Y'a même une basse à suspense pendant quelques secondes au début de ''Clutch A Straw'' mais elle ne débouche sur rien. Et dans la même interminable, y'a l'tempo qui accélère mais... non, toujours pas. Hé, vous cherchez la merde, les gars ?

 

Alors certains aimeront, j'en suis sûr.

Y'a dl'a texture, y'a du son. Y'a quelque chose.

Allez écouter, vous verrez bien.

Moi, je me suis encore déçu dessus, suis tout taché.

A la prochaine ? Oui, car la prochaine fois, peut-être.

 

P.S. : l'album est enregistré live, et ça c'est balèze !

P.S.2: Hé, les gros mots et les insultes, ce n'est qu'une plaisanterie, vous l'aurez compris, sans aucune malveillance derrière, bien entendu!

photo de El Gep
le 22/10/2019

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019