S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Necropod - "Seagoat"

Necropod - "Seagoat"
chronique Necropod - Seagoat
8,5/10 0

Acheter Necropod Seagoat sur Amazon

mp3 mp3 (12:00)

 

Style musical : 

Nawak Electro-Black

 

Année : 

2017

 

Tracklist :

01. The Ravened
02. Spectral Vessel
03. Hiemal Held on Meager Mountains

 

Label : 

Maggot House

 

Lieu d'enregistrement : 

Monochrome Productions

groupe Necropod
Necropod

Chroniques :

Seagoat (2017)
Dans le même style :
Wolfkhan - Cyber Necro Spirituals

C’est vrai qu’en règle générale c’est plutôt mon collègue Xuaterc qui se charge de vous expliquer combien il est bénéfique pour les artères de goûter à la soupe au soufre mitonnée par les pandas-cuistots scandinaves, quand ceux-ci décident d’y ajouter du scratching ou du didgeridoo. Mais Necropod, taratata: ce sera pour le lapin! Parce que non seulement ce projet est quasiment plus « Avant-Garde Electro » que vraiment BeuhMeuh, mais qu’en plus c’est une émanation de Ben Neal, zigoto en chef de la trop peu prolixe entité Nawak Meatfeast.

 

Et pour le coup, la chèvre marine (rien à voir avec l’autre quiche populiste: je vous traduis ici le titre "Seagoat") a de quoi captiver le Nawakophile encore plus sûrement que le chant des sirènes. Car – tu me contredis si j’exagère mon Xuxu – on n’avait jamais vu aussi violemment dansant que ce trop court EP. Ni chez Aborym, ni chez Sigh, ni chez Solefald, ni chez Diabolos Rising. Mais c’est vrai que Necropod triche. Car en fait d’âmes noires qui auraient décidé d’aller s’essayer à l’ecsta’ dans un boîte Techno gay de Mykonos, ici on a plutôt affaire à des Electro-freaks à l’esprit bien dérangé qui ont décidé de se couvrir la chemise à paillettes de cendres et de suspendre une croix renversée en carton sous la boule à facettes. La preuve: Seagoat « n’est en fait que » le résultat de la blackification de l’EP 3 (dispo ici) du projet Experimental Bidibip Octopod. Je mets « n’est en fait que » entre guillemets, hein, afin de bien insister sur le fait qu’il ne faut nullement voir dans cette tournure un quelconque mépris ou une quelconque condescendance vis-à-vis de l’exercice – surtout quand il est aussi fructueux! Ce n'est pas parce que les fondations de cette riante nécropole sont posées sur les ruines du cirque Barnum que la musique en est moins croustillante!

 

Du coup, Necropod se rapproche presque plus d’un Igorrr ou d’un Pryapisme particulièrement braisé de l’endive (… mais sans être aussi sophistiqué!) que du Diabolos Rising ci-avant évoqué. Car ce sont avant tout les machines qui pilotent ce vaisseau fantôme sur les mers exaltantes du Necro-MoveYarAss Metal, et pas l’habituel escadron guitare-basse-batterie-pentacle. Cela n’empêche pas une guitare pleine de suie bourdonnante et une harpie au shriek enclin aux exagérations théâtrales à la Fadades de dessiner de vraies ambiances funèbres par-dessus de grosses odes à la gloire du dancefloor 8bits. Ainsi « The Ravened » s’avère aussi lancinant que sauvagement groovy, un supplément d’épices brûlantes étant par ailleurs apporté par des sonorités de cordes extrême-orientales terriblement pertinentes. « Spectral Vessel » démarre sur le pont d’un navire abandonné hanté par des brumes spectrales, avant d’obliquer vers de l’EBM chiptunesque démoniaque qui donne envie d’aller se faire stroboscoper les fesses sous la chaleur de néons flashy. Et « Hiemal Held on Meager Mountains » continue dans cette veine, en ramenant pour la seconde fois ces cordes asiatiques qui, si ça continue ainsi, pourraient bien finir par taper dans l’œil des fans du The Talas of Satan d’Hardcore Anal Hydrogen!

 

Alors c’est vrai, initialement je l’avais un peu abordé en crabe cet EP. Mais diantre, au final quel pied j’ai pris! Pour une surprise, c’est une sacrée nomdidiou de bonne surprise, et la confirmation que Ben ne propose que bien trop peu souvent de la musique métallique! A recommander chaudement aux fans de tous les groupes cités en gras un peu plus haut dans cette chronique (… d'ailleurs n’accordez pas trop d’importance à la mention à Fadades hein!).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: Avec Seagoat, Necropod propose un Electro-Black excentrique à ce point irrésistiblement dansant qu’il en mériterait presque l’étiquette de « Nawak Disco Black ». Aussi délicieusement oxymoresque que franchement bonnard!

photo de Cglaume
le 04/07/2017

Commentaires

Xuaterc

Xuaterc le 06/07/2017 à 13:17:05

T'as été plus rapide que moi sur le coup Lapin.Mais c'est quand même bien Nawak Et non, je n'ai jamais vu un BM aussi dansant.
Le solo de synthé au début de Spectral Vessel m' afit penser à la partie centrale de ça

https://www.youtube.com/watch?v=KggSIrfL-90

cglaume

cglaume le 06/07/2017 à 17:43:07

:D

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

Interceptor Fest 2017 : 2 pass à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Ukandanz - EP 2014

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017SATYRICON + SUICIDAL ANGELS + FIGHT THE FIGHT à La Barakason à Rezé le 1er octobre 2017The Texas Chainsaw Dust Lovers + Watertank au Ferrailleur à Nantes le 21 octobre 2017GRAVITY : release party de