Neverlight Horizon - Dead god effigies

Neverlight Horizon - "Dead god effigies"
chronique Neverlight Horizon - Dead god effigies

Neverlight horizon ne brille pas pour son originalité.
D'ailleurs, il ne brille pas. Le groupe est sombre, noir, violent : il fait du brutal-death et le fait "sans compromis" comme dirait l'autre (con).

Dans le qualificatif "brutal", il y a "brutal", et rien ne définit mieux les huit morceaux de cet album.
Cette violence, le groupe belge la tire d'un style aux racines américaines. Suffocation, Cannibal Corpse version 90's, sont les noms auxquels on compare les metalleux du plat pays.

 

Oui, ok, c'est pas faux. Mais pas que.
Il est vrai que le son du martelage, que la voix, growlée ou hurlée rappellent ce style musical pour lequel le terme "tendresse" n'existe pas.

On peut tout de même lui trouver des qualités et une personnalité que ses confrères américains n'ont pas.
Neverlight horizon ne manque pas de sens mélodique, et n'hésite pas à l'assumer sur l'épique "Diabolic mask of war". Un titre "mouton noir" (8 minutes), loin du troupeau des 7 ovidés musicaux brutaux torchés en 4 minutes. 

Il y a aussi, au-delà du classicisme un peu plan-plan du groupe, un petit penchant pour le technique (dont on jurerait quelques petits emprunts aux français d'Hectic Patterns [RIP petits anges]). Cela n'empêche pas les gratteux de reprendre les gimmicks que l'on connait si bien (et va-y que j'te fais crisser les cordes !).

 

On sort de ce disque, pourtant court, exténué !
Les 36 minutes de Dead god effigies s'inscrivent dans le classicisme d'un brutal-death du siècle dernier, tout en gardant un petit oeil sur le death technique et colle parfaitement à son époque. Avec une production remarquable par sa propreté, sa justesse et son intemporalité, cet album n'apporte RIEN au genre !
Mais alors...RIEN DU TOUT !
En revanche, il fera un bien fou à ses amateurs.

photo de Tookie
le 07/12/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements