Nine Eleven - City Of Quartz

Chronique CD album (35 minutes)

chronique Nine Eleven - City Of Quartz
Après un premier opus "Use Your Desillusions" très prometteur, les Tourangeaux de Nine Eleven reviennent avec "City Of Quartz " sous les bras, album qui risque bien de résonner longtemps dans les platines et dans les esprits.

Faisant référence à un ouvrage américain du même titre, écrit par Mike Davis en 1990, l'album en est très inspiré à la fois dans la poésie hardcore et dans l'esprit très critique et pessimiste. Le groupe est donc hardcore dans la forme, et dans le fond, et cela jusqu'à la moelle même du musique.

En trente-cinq minutes le groupe balance onze brulots hardcore dans notre face, et nous explose les tympans avec un son énorme et un sens de la composition tenant de la perfection, en constante évolution d'un album à un autre. Une maturité d'écriture qui se ressentira tout au long de l'album.

Sonnant tantôt comme Have Heart, d'autre fois prenant des airs de Ruiner, sans oublier une pointe de Comeback Kid, Nine Eleven produit un hardcore bâtard et surtout foutrement personnel et puissant. Puissance et furie accrues par Romain, hurleur en titre, qui ne cesse de hurler et de cracher ses tripes en continue d'une voix aiguë et enragée. Sans repos, les textes sont criés et viennent imprégner nos oreilles de leur puissance.
Et à part cette voix tout bonnement énorme, les compositions essayent d'en faire encore plus, et le meilleur, c'est qu'elles y arrivent ! Les structures sont travaillées jusqu'au moindre petit larsen, les plans utilisés proviennent tout aussi bien d'un hardcore old school ("In Bed With Madonna"), que du hardcore moderne, sombre et intense ("The Quick and the Dead", "City of Quartz"…). Sans compter sur le fait que Nine Eleven n'hésite pas à rallonger ses morceaux, sortant du schéma rapide et expéditif du hardcore, distillant alors quelques plans plus post-rock ("The Quick and the Dead" par exemple), sans pour autant perdre une once de puissance et d'intensité. "Sen", morceau énorme, caractérise à lui tout seul toute l'essence et la puissance du groupe. A la fois hardcore ultra classique avec mosh parts lourds et massifs, sa rapidité typiquement hardcore, le titre se clôture sur deux minutes d'un post-rock intense et angoissant, mais par-dessus tout enivrant, où Romain crache son désespoir en plein dans notre face. Woh !

Très peu d'adjectifs finalement pour dire à quel point cet album de Nine Eleven est un immanquable du genre, à quel point il est puissant et magistralement écrit et interprété, à quel point son intensité vous prend aux tripes... En fait, un seul mot suffira "ENORME" !
photo de DreamBrother
le 09/02/2010

3 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 09/02/2010 à 08:57:25

énoooorme album que j'ai découvert trop tard ; sinon il aurait figuré dans mon TOP10 2009 haut la main !

sepulturastaman

sepulturastaman le 09/02/2010 à 20:17:49

Pas grave il peut encore paraître dans ton top 50 !

fuzo

fuzo le 08/03/2010 à 16:38:12

Pas de grosse personnalité mais un plaisir énorme à chaque écoute !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021