No Vale Nada - Le coma des mortels

No Vale Nada - "Le coma des mortels"
chronique No Vale Nada - Le coma des mortels

Avec la tendresse d'un mec qui sort de 30 ans de taule, le groupe dijonnais, No vale nada, sortait en 2013 son premier EP.
Un affaire torchée en 20 minutes portée par un son...passable.
Partis avec l'intention d'être bruts de décoffrage, les français ont fait le choix d'une production qui traduit leurs intentions (et surement leur compte en banque).
C'est un peu raide, direct, tout juste propre, parfois noyé sous un flot de cymbales et marqué par des guitares complètement étouffées. Même s'il s'agit d'un dépucelage, les esgourdes embourgeoisées risquent de ne pas excuser l'authenticité artisanale du disque. 

 

Au-delà de cette considération "technique", la question artistique tranche elle aussi dans le vif : c'est brutal, violent et ça tapote sévèrement dans un style coincé entre le death et le brutal-hardcore. 
Deux genres dont on connait les caractéristiques et qui sont ici parfaitement récitées. Une leçon trop bien apprise qui limite alors l'affirmation d'une personnalité. Avec ses deux chanteurs : le premier gueulard, l'autre growlard, ça hurle dans tous les sens et aurait fait une BO idéale pour accompagner l'attaque de l'ours dans The revenant.

 

Tout aussi secouant que destructeur, on a, malgré la production, la sensation que No Vale nada n'a pas fait dans l'ultra-violence gratuite et facile. Une agression de 20 minutes bien pensée puisqu'elle tape là où ça fait mal. Exprimé avec un certain classicisme, les musiciens que l'on pourrait penser apprentis, sont maîtres de leur art bourrin. Les qualificatifs pour parler de leur musique manquent donc logiquement d'exotisme : des riffs acérés, un tabassage de la batterie, des voix hurlantes. C'est ainsi que l'on peut résumer la demi-mi-temps de rugby musicale qui abuse des tympans.

Un premier coup d'essai mitigé pour des dijonnais qui ne dissimulaient pas leur énergie débordante mais qui manquaient d'un peu de piquant* pour être vraiment enthousiasmants... 

 

*ceci n'est pas une grossière vanne sur la moutarde.

photo de Tookie
le 25/08/2017

3 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 25/08/2017 à 12:41:45

Brutal, brutal, faut pas exagérer ! Je dirais légèrement tendu du slip.

sepulturastaman

sepulturastaman le 25/08/2017 à 13:04:10

C'est pas du d.beat-down Boston family violent kick dancing de l'enfer mais c'est quand même tendax comme le string de Roselyne Bachelot sous overdose de moutarde.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 25/08/2017 à 19:29:08

L'image est... top sex.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements