Noise Emission Control - Désordre et mépris

Noise Emission Control - "Désordre et mépris"
chronique Noise Emission Control - Désordre et mépris

Avec la finesse d'un éléphant dans un magasin de porcelaine, Noise Emission Control continue d'user des enceintes avec "Désordre et Mépris".
5 titres et un gros quart d'heure plus tard, le groupe des Hauts de France confirme que la théorie selon laquelle la sagesse vient avec le temps est une belle connerie de philosophe.

 

Résultat d'une overdose de Redbull ou tout simplement d'une profonde nature rock'n'roll, N.E.C enquille les morceaux dans un style mêlant à la fois le hard avec des rythmiques punk, des riffs parfois stoner et un chant français, le tout avec une profonde nervosité. 
À cela il faut ajouter des textes en français, lâchés avec violence et conviction, ce qui ne peut rappeler que Tagada Jones surtout pour les parties hurlantes.
Si les thématiques et l'écriture ne sont, encore une fois, pas un modèle de subtilité, ce n'est pas le plus important.

Noise Emission Control joue dans la cour des excités...avec un son à leur image : brut, direct, mais très propre et surtout efficace.


On se fait vite aux 5 ambiances des 5 morceaux, à reprendre des refrains ("L'an pire") et, tout simplement, prendre du plaisir dans cet EP agressif sans être violent.
Pêchus, haletants, sauvages, autant d'adjectifs passe-partout qui correspondent plutôt bien à ce qu'on qualifierait de "brulôts power-rock'n'roll" (encore une expression passe-partout) dans lesquels les riffs marquent, les variations rythmiques vibrantes et les paroles hurlantes.
Evidemment, cet EP n'est pas dénué de menus défauts (le chant est quelque peu limité), mais ils s'effacent très vite, étouffés par toutes ses qualités.
C'est réussi, ça c'est indéniable, mais si les disques sont habituellement là pour marquer la postérité, c'est durant ses concerts survitaminés que le groupe sait se faire inoubliable.

photo de Tookie
le 10/05/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements