Old Forest - Black Forests of Eternal Doom

Chronique CD album (45:02)

chronique Old Forest - Black Forests of Eternal Doom

Déjà quatre ans que l'on n'avait pas eu de nouvelles d'Old Forest, depuis un Dagian en 2015 qui avait marqué les esprits. Changement de label, d'Avantgarde Music à Duskstone, mais les fondamentaux ne varient pas. En multipliant les groupes et en faisant preuve d'une productivité, il est légitime de se poser la question de la qualité, mais aussi de la perméabilité des projets, à force d'enchaîner les sorties, James Fogarty ne risque-t-il pas de tout faire sonner de manière identique? C'est donc porteur de toutes ces interrogations que j'entame la découverte de Black Forests Of Eternal Doom. Ces dernières sont vite balayées. Si Dagian avait  marqué un réel pas en avant qualitatif, cet opus poursuit dans la voie tracée par son prédécesseur.



Kobro à la batterie et Beleth à la basse accompagnent l'Anglais sur ce nouvel opus qui, une nouvelle fois, rend hommage au Metal Extrême européen des années 90. Le folklore du Sussex est, pour l'heure, laissé de côté, l'album se promène allègrement entre le Black Metal Symphonique d'Emperor et le Doom mélancolique à la Katatonia ou Paradise Lost (période Icon). Le mimétisme avec la bande de Notodden est assez flagrante sur "Wastelands Of Dejection", tandis qu'on pourrait s'attendre à entendre Nick Holmes chanter de sa chaude voix grave "Heart beats forever" durant "Hang'ed Man". Mais il serait dommage de réduire Black Forests Of Eternal Doom à une simple copie des groupes cités plus hauts, Mr. Fog est plus intelligent que cela. Sa patte, tant guitaristique que vocale, est immédiatement reconnaissable.



Les sentiments de haine et de dépressions dominent très largement les six pistes du disque, non pas dans le sens du DSBM, mais plutôt celui du Funeral Doom finlandais. Même sur un titre purement acoustique comme "Shroud Of My Dreams", la joie de vivre s'est éteinte, soufflée par les cris désespérés de James Fogarty. Et ce n'est pas les légers et discrets claviers qui viendront briser la mélancolie ambiante. Placé en fin de disque, le pavé "Hang'ed Man" justifie à lui seul l'acquisition de ce dernier. Cette longue pièce n'est pas sans rappeler, dans ses intentions et dans son atmosphère glaçante, les maîtres My Dying Bride.


photo de Xuaterc
le 13/09/2019

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 13/09/2019 à 15:26:53

Cobra et Belette dans le lineup ? Drôle de forêt !! :D

Xuaterc

Xuaterc le 13/09/2019 à 21:51:33

Tu mérites de finir en civet pour ces calembours

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019