Paranoid - Heavy Mental Fuck Up

Paranoid - "Heavy Mental Fuck Up"
chronique Paranoid - Heavy Mental Fuck Up

Même le singe tombe de l'arbre.

Cette année, niveau punk, au sens large, on a eu deux ou trois trucs de bien troussés comme le Sick Of It All, le Youth Avoiders et le second Strafplanet et The Dog. Bon, j'oublie Adacta et son crust racé et le D-Beat ravageur tout frais de War//Plague.

Par contre ne me faites pas marrer avec le second Nag ou le sirupeux Idles plébiscité par Touk Touk, s'il vous plaît, le Punk, c'est sérieux.

 

Se cacher la tête sans se cacher les fesses

Cette intro oublie volontairement la Suède. Et Paranoid. Qui se cogne d'être chroniqué et limite écouté aussi. Pas que les gars soient des snobs, oh oh oh non ! Mais leur musique respire une telle décontraction Japcore que ça en devient outrageux. Chacun sa vision de la décontraction.

Oui, les mecs de Bastard et de Death Side étaient/sont un poil désinvoltes ou alors t'as jamais maté une de leurs photos exotiques.

 

Frapper à Nagasaki un ennemi d'Edo

Et Paranoid balance directement un hommage à ces derniers en plein dans nos mouille à nous là, jusqu'aux titres imbitables de leurs morceaux. Alors autant causer patois. C'est donc un Punk de tabannés fortement métallisé de Thrash crossover fonçant dré dans l'pentu qui nous secoue la carcasse là.

Un truc pas trop coffe niveau son, mais tout de même produit au fond d'la balme.

 

Quand il le faut, la souris peut devenir un tigre.

Grémottus, les Suédois le sont, les gobilles injectés, braillant alors des beuferies incompréhensibles. On a ainsi l'impression de se prendre une abadée perpétuelle par le chanteur qu'on ne pige rien à ski dit ! Tout son staff (bon sont trois en tout) s'émourge autour avec bonheur: ça gratte donc. 

 

Ne laisse pas ta femme manger des aubergines d'automne.

A l'écoute de ce deuxième Paranoid, on en reste, en effet, tout ébouélé, les cheveux d'un côté, les spatules de l'autre, avec des trucs qui traînent par terre. Un skeud à faire la rioule et à mouiller le meule plus sûrement qu'avec les Démons de minuit.

Et si vous ne comprenez rien aux patois savoyards et aux proverbes japonais et bien il vous reste à écouter cet album pour ce qu'il est : du pounk as founk.

 

Même qu'il est dans le Top 10 du top swag Cvlt Nation alors alors... voilà quoi.

photo de Crom-Cruach
le 25/01/2019

4 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 25/01/2019 à 08:34:34

C'est cool Idles :D C'est juste plutôt rock que punk :P (donc pas fait pour toi hihi)

Tookie

Tookie le 25/01/2019 à 08:39:37

Rha mais le punk c'est plein de choses ! L'ennui c'est que les punks ne le comprennent pas.

cglaume

cglaume le 25/01/2019 à 11:30:12

Haha, cette chro est génialement illisible ! :D

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 25/01/2019 à 12:01:25

Car tu ne connais pas d’élémentaires principes:

Premier principe : placez des « y » de partout.
Exemple : Faut y faire ; Y neige ; Ca va t’y? ; Qué t’y dit?
"Je pense qu’il faut plus de 2 ans d’entrainement intensif pour le maitriser car après avoir passé 2 ans à Paris je m’y suis toujours pas fait à ne pas en mettre. Donc ça doit être pareil dans l’autre sens" (Bon là c'est pas qui y cause hein !).

Deuxième principe : finir ses questions par « ou bien? »
Exemple : On fait les diots au vin blanc ou bien? ; On boit la goutte ou bien?

Troisième principe : remplacer « encore » par « mé »
Exemple : T’as mé fait la rioule toute la nuit ! T’es mé rentré à point d’heure !

Quatrième principe : la plupart du temps, ne pas prononcer le « az » à la fin d’un mot (az=e) et surtout ne jamais prononcer le Z (à part pour les exceptions).
Exemple : La Giettaz ; le col de la Forclaz mais ServoZ

A’rvi pâ !!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements